404 Error - Page introuvable
We_re sorry, but the page you are looking for doesn't exist.
Mais peut-être que vous pouvez trouver votre bonheur sur la homepage

NOS DERNIERS ARTICLES

Balsamik.fr, la marque de mode pour TOUTES les femmes nous prouve une fois de plus que? quelle que que soit sa morphologie, chaque femme peut être mise en valeur par sa collection ! Pour rappel, BALSAMIK est disponible jusqu’au 64.

La mode en ligne avec les femmes et pour toutes les morphos* !

Pour se faire, des blogueuses rondes aux morphologies très différentes ont été contactées par la marque afin de tester leurs vêtements. C’est donc avec plaisir que nous retrouvons Audrey du blog Big or not to Big, Bérénice du blog Chroniques de B., Julie du blog Princesse Guerrière ainsi que Émilie du blog Mimiblogmode, toutes en BALSAMIK !

Découvrez les looks des blogueuses rondes

Pari tenu pour BALSAMIK qui a su sublimer nos blogueuses rondes grâce à une collection bien pensée et créée pour sublimer toutes les morphologies ! La preuve…

Le look d’Audrey

Audrey, ronde et accro à la mode, a créé son blog en 2009 suite à un changement radical de cap vestimentaire : fini la déprime et l’informe et vive la couleur, les petites robes cintrées et les jupes courtes. Sur son blog, on trouve de la mode et de la bonne humeur.

La jolie rousse a concocté un look boyish pile dans la tendance de saison grâce au ton bordeaux du pantalon push-up BALSAMIK et des accessoires. Le noir et le gris sont des coloris qui se marient à merveille avec ce « nouveau noir de saison » à porter sans modération !

Audrey balsamik

Audrey de big-or-not-to-big.com : Blouson en tissu chevrons disponible jusqu’au 58 à 99,99 € sur Balsamik.fr – Pantalon en velours push-up disponible jusqu’au 52 à 44,99 € sur Balsamik.fr

Le look de Bérénice

Bérénice se définit comme une blogueuse curvy. « Être grosse ne rend pas la personne que je suis moins intelligente, moins gentille, moins drôle, moins jolie qu’avant. Ou en tous cas, je ne pense pas. J’espère pas. Une amie m’avait d’ailleurs dit qu’elle me trouvait moins jolie, moins vivante et moins joviale alors que j’avais perdu quelques kilos. Comme quoi … »

La jeune femme qui est plutôt frileuse et apprécie le confort a littéralement craqué pour la jolie parka kaki BALSAMIK.

Une parka idéale « chaude, douillette et kaki ! Et elle est tout ça à la fois, le style en plus. ». Bérénice a décidé de la porter sur une simple petite robe noire ce qui prouve que la parka n’est pas réservée au jean !

Berenice balsamik

Bérénice de Chroniques de B. : Parka matelassée à taille coulissée disponible jusqu’au 60 à 149,99 €

Le look de Julie

Julie, 27 ans, est la fondatrice et blog-designer @atelierdublog. Elle aime les grands aplats de couleur, les tons gris, beige, blanc et noir, les vieux meubles qui craquent et l’odeur de la pelouse fraîchement tondue. Son astuce pour mettre en valeur ses formes ? Une ceinture assez large pour souligner sa silhouette. Elle aime porter des robes et des jupes, et surtout quand elles ont un petit côté tea party / vintage / rétro / rock / pop, en somme quand elle a des pièces qu’on ne retrouve pas partout et pas sur tout le monde !

Julie adore les grosses torsades façon « pull montagnard », c’est donc sans hésitation qu’elle a opté pour ce pull doux, chaud et facile à porter. En bordeaux couleur « it » de saison c’est encore mieux !

Julie balsamik

Julie de princesse-guerriere.com : Pull torsadé zippé dos disponible jusqu’au 54/56 à 34,99 €

Le look d’Émilie

Émilie, 31 ans, se décrit comme une personne féminine, passionnée, romantique et complexée. Un jour, elle en a eu marre de trainer ses rondeurs comme on traine des casseroles et elle a décidé de vivre sa vie autrement, de se prendre en main et d’aller découvrir ce que le monde pouvait lui apporter de beau. Son blog parle de mode, de découvertes, de bien-être, de voyages…

La jolie brune était au final un grand défi pour BALSAMIK comme on l’apprend sur son blog car elle avait le préjugé que la marque ne remplisse pas ses promesses ! Finalement, le défi est largement relevé :

Je dois bien le reconnaître je me suis trompée dans les grandes largeurs, BALSAMIK m’a surprise, pour une marque de vêtements dite « de grande distribution », ils ont pris le temps de penser aux coupes, se sont attachés à créer des basiques qui mettent en valeurs les formes et les tailles de ceux et celles qui portent leurs modèles, je suis conquise !

emilie balsamik

Émilie de mimiblogmode.com : Blouson en tissu chevrons disponible jusqu’au 58 à 99,99 € sur Balsamik.fr – Bottes motardes en cuir disponibles jusqu’au 39 à 99,99 € sur Balsamik.fr

Une fois de plus grâce aux blogueuses rondes nous avons le plaisir de voir des collections grande taille portées par des femmes qui nous ressemblent !

Rendez-vous vite sur le site de BALSAMIK et bon shopping !

* morphologie

DÉCOUVREZ CES VÊTEMENTS GRANDE TAILLE...

Cindy Sander revient sur le devant de la scène totalement métamophosée. Elle dit avoir perdu 40 kilos et triomphe dans « The Wild » en Allemagne.

Cindy Sander a perdu 40 kilos, mais a pris le « melon »

« Pa-pi-llon de lumière… Sous les projecteurs… Pa-pi-llons de lumière revit dans vos coeur »…

Invitée dans l’émission « Le Supplément » de Canal plus, Cindy Sander est méconnaissable. La jeune femme ronde qui avait fait les beaux jours de la Nouvelle Star en ayant été largement taclée par le jury, était revenue à la télévision dans « Les Anges de la téléréalité » déjà largement changée. Cheveux courts, elle avait déjà perdu un peu de poids.

Mais là… On ne la reconnait plus… Ses cheveux longs et blonds (décolorés) sont aujourd’hui auburn et l’on devine un long postiche. La frange est nette, le maquillage très marqué… Et elle est beaucoup plus mince.

La chanteuse annonce une perte de poids de 40 kilos. (Bon là, on est sceptiques… Certes elle est beaucoup plus mince, mais 40 kilos… Cela nous semble beaucoup… Mais c’est un excellent outil marketing.)

Le secret de cette « renaissance », sa rencontre avec Thierry Mugler, le celèbre styliste qui s’est rebaptisé Manfred. Aujourd’hui, il met en scène le spectacle le plus cher au Friedrichstadt Palast de Berlin intitulé « the Wild ».

Il a donné rendez-vous à Cindy Sander il y a 4 ans en lui disant qu’il avait vu en elle quelque chose que les autres n’avaient pas vu… Qu’il allait lui donner ce qu’elle avait toujours voulu, être reconnue comme une grande chanteuse, mais que pour cela, elle allait devoir bosser : Coach sportif, vocal et nutritionniste, toute une équipe est alors mise en place.

Il va y avoir beaucoup de boulot, ça va être des heures de travail. On m’a réapprit à manger. J’ai perdu un peu plus de quarante kilos. Manfred s’occupe complètement de mon image. C’est lui qui m’a transformée, c’est lui qui me conseille. Il m’a rendue belle, très belle même. Je suis comme une Barbie, comme une poupée, j’ai été Muglerisée !

Elle se compare à un diamant, dit que Thierry Mugler a été « impressionné par sa voix », etc.

Bref, la belle revient du poids en moins, mais le melon en plus

Certes, il est essentiel d’avoir confiance en soi pour réussir, mais il faut se préserver de l’arrogance, comme le disait Laurence Boccolini dernièrement. Cindy Sander avait séduit le public par sa simplicité et sa proximité.

On peut avoir quelques doutes sur cette confiance affichée quand on l’écoute parler de Thierry Mugler comme d’un véritable gourou, allant jusqu’à dire : « C’est mon sauveur. » !

En attendant, Cindy Sander semble avoir rencontré son public, du moins en Allemagne et préparerait un album… Souhaitons que le papillon reste dans la lumière et qu’il ne gonfle pas trop ! ;)

DÉCOUVREZ CES VÊTEMENTS GRANDE TAILLE...

Invitée par Daphnée Burki sur le plateau du « Tube » de Canal Plus ce week-end, Laurence Boccolini s’est livrée dans une interview toute en sensibilité.

Laurence Boccolini : des interviews données au compte-gouttes

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Laurence Boccolini n’est pas du genre à se répandre dans la presse. Elle ne donne que très rarement des interviews. Nous avions d’ailleurs eu la chance qu’elle nous en réserve une dans laquelle elle nous parlait de sa vision de la mode et tout un tas d’autres sujets.

C’est dans sa nature, elle est discrète. Son ami et producteur du « Maillon Faible » dit d’elle : « On n’accède pas facilement à Laurence. Ca se mérite… Mais une fois qu’on la connait bien, on a envie de la garder comme amie. »… Un bien joli compliment !

Son parcours dans les médias

Nous sommes début des années 80. Après une enfance dans une famille simple, Laurence Boccolini se passionne pour la musique. Nous sommes en pleine période des radios libres et c’est tout naturellement qu’elle accède à l’antenne. En 1984, elle arrive sur une radio nationale RFM… Elle n’a que 20 ans !

Dans le même temps, on le sait moins, mais la belle écrit pour l’humoriste Sylvie Joly.

En 1993 Laurent Ruquier va la repérer et lui proposer d’intégrer sa bande.

laurence boccolini le tube

Puis, Laurence Boccolini arrive dans « Le maillon faible ». 6 ans de succès mais dans un rôle où elle campe une méchante, ce qui ne va pas lui attirer que des opinions sympathiques. En effet, une partie du public semble ignorer que tout cela est très écrit et que ce n’est qu’un rôle… Mais surtout, peu de personnes savent que c’est Laurence Boccolini qui écrit elle-même ses répliques, tout comme elle écrira par la suite le scénario de Mademoiselle Joubert dans lequel elle jouera.

Laurence Boccolini a donc plusieurs cordes à son arc et en a assez de jouer le rôle de la méchante.

On lui propose plus tard de revenir pour un autre jeu : « Money Drop » qui détient des records d’audience puisque l’émission est vue par une moyenne de 4.5 millions de téléspectateurs chaque soir ! Un vrai succès qui ne se démenti pas.

Pourtant, Les critiques pleuvent de la part de certains… Des critiques auxquelles Laurence Boccolini ne reste pas insensible.

Laurence Boccolini, une femme sensible et naïve ?

Quand on la voit sur le plateau du « Tube » de Canal Plus, elle dégage la fois une sorte de force et ressemble presque à une petite fille qui a l’air de s’excuser d’être là.

Nous pouvons le confirmer, lors de nos entretiens avec Laurence Boccolini, nous l’avons constaté, c’est une femme intelligente, pleine d’humour et discrète.

A la fin du portrait qui lui est dédié, Daphnée Burki interroge Laurence Boccolini… Ca a été dur ?

Oui ça a été dur… Le mot justice, c’est fort car je ne suis pas dans la revanche, mais oui, ça a été super dur… C’est dur d’être exposée parce que je n’ai pas changé entre le moment où j’avais 20 ans et où je faisais les courses avec mon caddie, et aujourd’hui. Beaucoup de choses me heurtent.

laurence boccolini money drop

L’animatrice revient sur le succès de Laurence Boccolini et lui demande si le succès est une drogue ?

Pour moi, la célébrité n’est pas une drogue, je ne suis pas une boulimique d’image. Pour moi, la gloire, c’est le deuil éclatant du bonheur. La gloire n’était pas faite pour moi. Je me suis trompée, j’aurais dû rester à la radio.

Plutôt discrète, Laurence Boccolini est dans le paradoxe. A la fois elle entre dans plus de 4 millions de foyers chaque soir et en même temps, cette notoriété, cette exposition lui pèse… Elle aimerait être plus discrète, moins s’exposer… S’exposer aux critiques de certains, comme celles de l’équipe de Cyril Hanouna qui ne manque jamais une occasion de la tacler (est-ce la concurrence qui les laisse sur le carreau qui les rend un peu aigris ?…).

Elle répond :

Les critiques, ça blesse. Mais ça vient de gens qui n’ont pas la même expérience que vous, pas votre âge, pas votre parcours. Si ça venait de Foucault ou Dechavanne, qui sont des professionnels, qui savent ce que c’est que faire 9 millions de téléspectateurs, là ça me blesserait profondément.

Son défaut : la naïveté : « J’ai l’impression qu’on m’aime, et puis non… Je suis naïve… ».

Laurence Boccolini révèle son salaire

Directe et franche, Laurence Boccolini ne se cache pas derrière son petit doigt et n’a pas hésité à révéler son salaire. Elle gagne 10 000 euros par mois pour Money Drop.

Cela fait donc environ 500 euros par émission que Laurence Boccolini porte seule sur ses épaules… Mais « C’est déjà beaucoup. » comme l’affirme Laurence Boccolini qui précise :

Quand je pense à mes parents qui bossaient tellement pour gagner peu… Ils seraient fiers de moi !

On le sait aujourd’hui au travers de nombreuses études menées, le salaire des femmes rondes est souvent inférieur… On se réjouit de constater que ce n’est pas le cas pour Laurence Boccolini. Un exemple à suivre donc !

Ce que prouve Laurence Boccolini, c’est que l’arrogance ne va pas obligatoirement de paire avec le succès et la notoriété, et ça… On aime !

DÉCOUVREZ CES VÊTEMENTS GRANDE TAILLE...

Nous voici de retour avec un article « 1 intemporel, 3 styles » ! En ce mois de décembre, c’est le blazer femme qui est mis à l’honneur.

Must-have du dressing féminin, le blazer femme est une veste courte et cintrée. Il se reconnaît à son col V à revers et se ferme avec 2 ou 3 boutons à l’avant, il est décliné à manches longues ou 3/4.

Un peu d’histoire de la mode

La naissance du blazer

Le blazer est un vêtement intemporel tant côté féminin que masculin mais connaissez-vous son histoire ?

Blazer wikipediaC’est en 1837 que le capitaine d’un bateau baptisé HMS Blazer avait eu l’honneur de recevoir la reine Victoria. Afin que l’équipage paraisse élégant aux yeux de Sa Majesté, tous ses membres auraient décidé de se vêtir du même uniforme, une veste courte de couleur bleue marine, croisée et ornée de quelques boutons. Depuis, le blazer a été officialisé tenue des marines.

Le blazer aurait été également vu sur les avironistes, d’où son nom de « boating jacket ». Si elle est encore de nos jours la tenue officielle des clubs d’aviron ou de crikets, cette fameuse veste croisée est aujourd’hui adoptée en tant qu’uniforme par de nombreux établissements scolaires ou universitaires, organismes, associations, et même des équipes sportives.

jazzman

Le blazer fût ensuite adopté par les « jazzmen » qui en portaient à chaque fois qu’ils montaient sur scène. Il est alors devenu la pièce fétiche des fans de jazz, avant d’être considéré peu de temps après comme le vêtement masculin par excellence.

La féminisation du blazer

Ce n’est pas avant les années 80 que le blazer se féminise grâce au talent des créateurs et notamment par le biais d’Yves Saint-Laurent, grâce à qui le blazer est devenu le symbole de l’émancipation des femmes !

Depuis lors le blazer est sans cesse porté et fait partie des intemporels de la mode féminine. Il s’adapte à tous les styles !

Bien choisir et accorder son blazer femme

Afin que votre blazer grande taille soit un intemporel il vous faut bien le choisir. Pour que votre blazer femme dure le plus longtemps possible sans se démoder, il faut qu’il soit sobre : choisissez-le de préférence noir ou encore marine, sans fioriture.

Le choix du tissus a également son importance. En effet plus il sera épais, plus le côté masculin du blazer ressortira.

Pour éviter le fashion faux-pas et rester dans un esprit moderne et féminin, évitez le blazer trop large, trop rigide, trop masculin, trop « années 80 » à grosses épaulettes, ou encore associé à un pantalon large.

Quel blazer pour ma morphologie ?

Dans tous les cas quand on est ronde il est préférable d’opter pour un blazer ajusté qui va structurer la silhouette et l’affiner. Exit la forme loose qui ne vous flattera pas.

Pour les morphologies en A/Pyramide, optez pour un blazer pas trop long qui s’arrêtera sous les fesses avec un col large et des épaulettes pour équilibrer votre silhouette.

Pour les morphologies en V et les morphologies en 8, optez pour un blazer à col assez étroit et de préférence sans épaulettes pour les V ou alors extra fines pour les 8 mais pas trop cintré pour ne pas trop faire ressortir la poitrine.

Pour les morphologies en O, optez pour un blazer un peu long et cintré, dans une matière fluide. Attention à ne pas le porter fermé.

Pour les morphologies en H, optez pour un blazer cintré qui donnera l’illusion d’une taille et redessinera votre silhouette.

Le blazer : intemporel à décliner selon 3 styles

Rouge fatal

Un look moderne et féminin à adopter en toutes circonstances !

Blazer look 1

Jegging jean noir disponible jusqu’au 56 à 14,99 € sur kiabi.com – Tee-shirt manches 3/4 Koko by Koko disponible jusqu’au 58/60 à 31,49 € sur laredoute.fr – Blazer classique disponible jusqu’au 58 à 34,99 € sur laredoute.fr – escarpins rouges en suédine disponibles jusqu’en 41 à 17,99 € sur kiabi.com

Bleu royal

Porté sur une adorable robe très féminine, le blazer fera tout son effet ! Vu les températures de saison on opte pour une jolie paire de collants grande taille ainsi que des bottes mollets larges.

Blazer look 2

Blazer classique disponible jusqu’au 58 à 34,99 € sur laredoute.fr – Robe droite 2 en 1 disponible jusqu’au 56 à 49,99 € sur asos.fr – Bottes, tiges XXL (62 cm de mollet environ) disponibles jusqu’au 44 à 158,40 € sur ullapopken.fr

Marinière chic

La marinière est un très bon moyen de décontracter le blazer femme. On l’associe ici avec un slim enduit et des tennis montantes. Avec ce look on porte de préférence le blazer avec les manches remontées.

Blazer look 3

Slim enduit disponible jusqu’au 58 à 34,99 € sur balsamik.fr – Top imprimé encolure ronde disponible jusqu’au 3XL à 19,99 € sur msmode.fr – Tennis montantes Converse disponibles jusqu’au 41 à 70 € sur lahalle.com – Blazer classique disponible jusqu’au 58 à 34,99 € sur laredoute.fr

Vous voilà parées pour décliner le blazer sous toutes ses formes !

DÉCOUVREZ CES VÊTEMENTS GRANDE TAILLE...

Marilou Berry était l’invitée d' »On n’est pas couché » sur France 2 ce samedi. Interrogée sur son poids par Léa Salamé, elle répond sans détours.

Marilou Berry parle de la sortie du film » Valentin Valentin »

Invitée de l’émission « On n’est pas couché » sur France 2 ce samedi, Marilou Berry parle de la sortie de son nouveau film Valentin Valentin de Pascal Thomas.

La jeune femme est interrogée sur son rôle dans le film, revient sur la suite de « Joséphine » qu’elle devrait prochainement réaliser. L’interview est sympathique, Marilou Berry a le sens de la répartie, sait comment répondre à toutes sortes de questions. Bien entendu, on lui parle de son père Philippe Berry, un célèbre sculpteur-dessinateur-peintre et accessoirement frère de Richard Berry et de sa mère, la comédienne bien connue Josiane Balasko.

marilou berry poids

On sent que la jeune fille a l’habitude… Elle pourrait jouer les blasées, mais même pas… Cela fait partie du jeu et elle s’y plie ayant presque l’air de dire : on va y aller, parler de cela, et ainsi pouvoir passer à autre chose… Parler de mon job d’actrice, de mon plaisir à jouer, du film que je viens défendre. Les journalistes ne sont pas trop « lourds », ni insistants pour une fois, elle a l’air presque soulagée.

Léa Salamé parle à Marilou Berry de son poids

Il y a un autre thème qui d’ordinaire n’est jamais épargné à Marilou Berry, c’est son poids.

Ronde, elle avait étonné tout le monde en faisant un régime qui lui avait permis de perdre une vingtaine de kilos il y a peu, revenant plus fine mais avec le même tempérament. Pour une fois le sujet n’avait pas été abordé durant l’interview… Ouf…

Mais à la toute fin de la partie de l’émission lui étant accordée, la journaliste Léa Salamé souhaite intervenir une dernière fois : « Quand on prépare ces émissions, on a des fiches avec des compilations de toutes vos interviews… Il n’y a pas une interview… (Elle insiste) Il n’y a pas une interview de Marilou Berry dans laquelle on ne vous parle pas de votre poids. »

Peut-être l’air légèrement agacée, Marilou Berry répond : « Et bah regardez… On aurait pu.. Et bah non »

Plaisanterie de Laurent Ruquier, Léa Salamé reprend sérieusement… Elle a l’ai vraiment scandalisée par ces questions incessantes sur le poids de Marilou Berry. Elle reprend : « Cela m’a sauté au visage et je trouve que c’est regrettable. Voilà c’est tout, je voulais juste le dire, je ne voulais pas du tout vous interroger sur ça, mais je me disais : mais c’est fou, on n’a que ça à lui demander à cette jeune fille. Il n’y a pas de question, c’était juste une considération… Vous êtes une actrice populaire, vous êtes une actrice pleine de charme avec des films qui marchent à chaque fois… Moi, j’aime beaucoup ce que vous faites… Et je me suis dit, non mais ce n’est pas possible, à chaque fois, que ce soit des magazines féminins ou pas, on lui parle de : tu as pris 3 kilos, tu as perdu 3 kilos, ta silhouette, est-ce que cela t’a aidé à avoir des rôles, et tout ça… Je trouve ça terrible ! »

Ce n’est pas la première fois que la journaliste s’offusque du regard posé sur le physique des femmes… On peut le penser sincère…

marilou berry poids 2

Marilou Berry répond : « Bah de toute façon, mon image c’est mon métier, donc on va forcément m’en parler à chaque fois que j’en changerai. Et puis surtout quand j’ai commencé mon premier film « Comme une image » avec Agnès Jaoui, la première question qu’on m’a posée, je m’en rappelle bien, c’était dans un bel hôtel, j’étais avec je ne sais plus quelle nana de « Elle » (j’ai du mal à dire journaliste), qui me posait des questions, et sa première question ça a été : Han… Quel courage !

Et courage de quoi en fait ? Quand on développe un petit peu en fait c’est un peu le reflet de la peur de l’autre qui se met à ma place et qui se dit : En fait, moi si j’étais à votre place Je n’oserais pas faire ce que vous faites. Ce n’est que le reflet de ce que les gens pensent, de la peur des gens s’ils étaient à ma place, alors qu’en fait, bah s’ils étaient à ma place, ils feraient ce que je fais… Ils feraient… La vie quoi, c’est-à-dire que je ne vais pas juste me laisser dicter des choses parce qu’on a décidé que ce n’était pas bien d’être grosse ou que ce n’était pas bien de maigrir…

Parce que maintenant, là aussi, il y a genre toutes les nanas qui ont 10 kilos en trop qui se disent : oui alors elle a dit qu’elle était bien dans ses pompes, alors qu’en fait elle a perdu 20 kilos, ça veut dire qu’en fait elle mentait… Mais c’est juste que je n’ai jamais fait l’apologie de l’obésité… Je dis juste que quelque soit ma forme physique, je n’irai pas me cacher… Voilà ! Et je ferai ce que j’ai envie de faire ! »

Et bien nous, on n’a qu’une chose à dire à Marilou Berry : MERCI !

 

DÉCOUVREZ CES VÊTEMENTS GRANDE TAILLE...

VN:F [1.9.22_1171]
 Score : +46 (120 avis)

C’est Vanoue du blog « The Curvy and the Curly Closet » qui est notre look de la semaine. Elle nous propose un look de fête fun, girly et pas cher !

Vanoue et le challenge French Curves

Vous êtes nombreuses à connaitre Vanoue. Hyper active dans la blogosphère ronde, elle est à l’origine d’une petite magie qui a lieu chaque mois : le Challenge French Curves… Imaginez : le 16 de chaque mois, des blogueuses s’habillant au delà du 42 se rassemblant pour nous présenter chacune une interprétation du thème proposé.

french curves

Quelques semaines avant, Vanoue propose le thème et chaque French Curvette décide de participer au challenge en fonction de ses envies, de ses disponibilités, etc. Pas d’obligation donc, juste le désir de partager.

Le 16, chacune dévoile son look sur son blog. En dessous, les photos de toutes les autres participantes. Ce qui est intéressant c’est que cela n’a rien à voir avec un concours dans lequel il faudrait élire la plus jolie, la plus ci ou ça, mais plus de mettre en avant les beautés plantureuses et de prouver que l’on peut être ronde et avoir du style !

Et puis, c’est aussi l’occasion de voir comment les blogueuses auront interprété le thème et donc de piocher des idées, de l’inspiration… Et pourquoi pas de se dire que nous aussi, on peut oser.

robe grande taille pas chere 1

Les blogueuses sont de plus en plus nombreuses à y participer. Si certaines vivent en France d’autres viennent d’ailleurs, Miami, Arabie Saoudite, Angleterre, Canada ou Belgique… La mode n’a plus de frontières.

Pour le mois de décembre, le thème du challenge French Curves était un poil taquin, puisque Vanoue a imaginé un « Noël sans chemise, sans pantalon »… La coquine ;)

Une robe grande taille pas chère et du style, c’est possible !

Et cette fois-ci encore, Vanoue nous prouve que l’on peut porter une robe grande taille pas chère et avoir du style… Un look très girly et fun à l’image de la blogueuse qui se joue de la mode et des codes.

the curvy and the curly closet

Elle porte une robe a été shoppée sur New Look.fr ou elle est actuellement soldée et ne coute que 14,50 € ! De jolis collants noirs et ensuite, on met de la couleur et de la fantaisie !

Des ballerines dorées pour l’esprit Fêtes, une pochette champagne à 7,99 € et un head band oreilles de chat à 4,99 € shoppés sur New Look.fr.

Enfin Vanoue termine par un collier et de jolies plumes pour encore plus de fantaisie… On craque. Et vous ?

Vous aussi, vous avez envie d'être le "Look de la semaine" de Ma-Grande-Taille ?

Envoyer nous 1 ou plusieurs photos de votre look avec les adresses des boutiques dans lesquelles vous avez acheté vos vêtements.
  • Déposer les fichiers ici ou
    • N'hésitez pas à nous dire où vous avez effectué vos achats et leurs prix. Vous pouvez aussi nous raconter une petite histoire ;)
      Par ex : Look vintage
      Top acheté à xxxxx au prix de xxx.
      Chaussures chez xxx
    DÉCOUVREZ CES VÊTEMENTS GRANDE TAILLE...
    Ils parlent de nous
    Les médias parlent de ma-grande-taille.com
    SUIVEZ-NOUS
    ET
    RECEVEZ NOTRE NEWSLETTER

    Envie d'exclusivités, de bons plans, de mode et d'actu grande taille ?

    OR
    ARE YOU READY? GET IT NOW!
    Vel eros amet amet mauris a habitasse scel erisque? Vel urna dis et, placerat phasellus, diam in! Placerat nec facilisis, tortor tristique. Arcu placerat sagittis, velit lorem scelerisque egestas placerat.
    {subscription-facebook}
    {subscription-google}