Comment vivre avec ses complexes ?

Complexe physique, sentiment d’infériorité, nos complexes peuvent être si envahissants que l’on peut s’empêcher de vivre notre vie pleinement à cause d’eux. Comprendre leur origine, réussir à ne plus se focaliser dessus, demander de l’aide, voilà des pistes pour apprendre à dépasser ses complexes. Comment vivre avec ses complexes et enfin s’en libérer ? On vous donne toutes nos astuces aujourd’hui.

Remonter à l’origine du complexe

Nos complexes peuvent être facilement identifiables, comme le fait de ne pas assumer son poids. Mais ils demandent parfois un travail sur soi plus profond pour les révéler, notamment lorsque l’on souffre d’un complexe d’infériorité pas toujours évident à déceler.

Aussi pour dépasser ses complexes il est important de remonter à leur origine et de retracer notre parcours avec eux. Cela revient à tirer les ficelles de notre histoire et à comprendre les événements qui nous ont amené là où nous en sommes aujourd’hui.

View this post on Instagram

When the dark waters surround you… Let go @fayedaniels

A post shared by JuliaBusatoPhotography (@juliabusatophotography) on

Prenons les complexes sur le poids. Certains diront que l’on est complexé à cause de ses rondeurs parce que la société valorise les personnes minces et stigmatise les ronds et les rondes. Mais c’est parfois plus loin qu’il faut chercher. Derrière notre haine des kilos « en trop » se cache parfois notre peur de ne pas être aimé. Elle révèle aussi parfois des difficultés avec notre entourage qui nous faisait souvent des reproches à leur sujet. Nos complexes ne sont donc parfois que l’arbre qui cache la forêt.

Dépasser ses complexes c’est donc aussi faire la paix avec nos angoisses et nos blessures passées.

Comment vivre avec ses complexes : apprendre à ne plus se focaliser dessus

Faire la paix avec nos angoisses et nos blessures est un premier pas essentiel pour retrouver sa liberté et sa légèreté. Mais cela ne suffit pas toujours à se défocaliser totalement de ces gênes.

On vous propose alors de faire un petit exercice. Tournez une vidéo de vous-même avec votre téléphone et présentez-vous. Observez-vous ensuite comme une personne extérieure qui n’aurait aucun a priori négatif à votre sujet, qui au contraire, vous découvrirez avec bienveillance.

Présentez-vous à cette personne, décrivez-vous. Qui êtes-vous ? Que faites-vous dans la vie ? Quelles sont les qualités que vous possédez, pensez notamment aux compliments que l’on a pu vous faire par le passé. Quelles sont vos passions ? Quelle est votre histoire ? Quels sont les événements marquants de votre vie et même les blessures qui font ce que vous êtes aujourd’hui et que l’on ne soupçonnerait pas au premier coup d’oeil ?

Décrivez-vous puis regardez-vous. On vous demande ici de vous découvrir sans jugement, sans tenter d’évaluer votre valeur. Ce travail peut être difficile mais thérapeutique. Il s’agit de vous regarder sous un nouveau jour, avec bienveillance… Comprenez que vous êtes une personne à part entière, qui ne se résume pas à un trait de caractère ou à un défaut physique. Vous êtes riche d’histoires heureuses ou malheureuses, de joies, de peurs, de victoires, de blessures, d’espoirs. Vous êtes unique. Apprenez à vous regarder avec compassion et indulgence. Soyez fier de qui vous êtes, au-delà de votre complexe.

Dépasser ses complexes : un travail de toute une vie qui nécessite parfois une aide extérieure

Si l’on arrive à être pleinement à l’aise avec soi-même un jour, il ne faut pas s’étonner de revenir parfois en arrière. Mais lorsque nos complexes nous gâchent vraiment la vie, que l’on se focalise dessus, que l’on change notre façon de vivre ou que l’on s’empêche de réaliser des choses à cause d’eux, il ne faut surtout pas hésiter à en parler à un thérapeute.

Faire appel à une aide extérieure n’est pas synonyme d’échec, ou de moment où l’on a touché le fond. On peut voir ça aussi comme le moment où l’on a décidé de renaître et de se faire du bien. C’est au contraire une aventure enrichissante et libératrice qui vous attend sûrement.

Comment vivre avec ses complexes ? Toutes les solutions pour y parvenir sont à votre portée, soyez-en sûr.

Carole Guidon
Carole Guidon
Les rondeurs ne sont pas synonymes de laideur. Le corps gros n'est pas forcément un fardeau. Moi-même, je suis une jeune fille ronde et épanouie qui s'assume. J'aime la vie et les plaisirs simples. Et j'ai à cœur de militer au quotidien contre la grossophobie qui gangrène notre société. Derrière chaque corps se cache une histoire, heureuse ou douloureuse, mais toujours unique, qu'on gagnerait à accueillir avec respect et humilité.
Vous aimerez aussi

Se filmer à la salle de sport : bonne méthode pour muscler son estime ?

Vous êtes à la salle de sport, en train de suer à grosses gouttes, en plein exercice de...

Qu’est-ce que le complexe de Cendrillon et comment s’en libérer ?

Dans le dessin animé Disney, Cendrillon incarne une jeune femme d’une beauté inouïe admirée par toutes les petites...

8 signes subtils que votre job mine votre confiance et érode votre bonheur

Dans la frénésie quotidienne du monde professionnel, il est facile de perdre de vue l'impact que notre travail...

Comment surmonter le syndrome de la suradaptation : 3 astuces pour arrêter d’être trop gentille

Trop de gentillesse peut coûter cher. Découvrez comment déjouer le piège de la suradaptation avec des astuces concrètes. Identifier...

Voici comment la peur de l’engagement peut aussi saboter vos relations amicales

Dans le grand théâtre de nos vies, les relations amicales occupent souvent un rôle principal. Elles sont les...

Vous vous isolez de plus en plus ? Découvrez le dilemme du hérisson

Si vous vous sentez submergé.e par la solitude et que vous peinez à en sortir, vous n'êtes pas...