« Étiquette » : 30 minutes d’émission pour combattre les préjugés

Dans un nouveau format de France.tv Slash, l’émission « Étiquette » lutte contre les préjugés communs au travers de discussions essentielles, riches et sans jugement. Ex-sans-abri, Roms, catholiques, journalistes, profs, personnes grosses ou non-diplômées dévoilent leurs expériences singulières qui montrent que leur catégorie sociale ne traduit pas forcément un destin ou un passé commun. Quelles étiquettes leur colle-t-on, pourquoi ? Et quel est l’impact de ces idées reçues sur leur vie quotidienne ? Les personnes concernées en discutent.

Décoller les étiquettes banalisées

« Pour être en bonne santé, les gens gros doivent maigrir », vrai ou faux ? « Le féminisme est à la mode », vrai ou faux ? Lesquelles de ces étiquettes sont infondées et lesquelles ont leur part de vérité ? Réponse en trente minutes chrono. Le nouveau format régulier que propose l’équipe de France.tv Slash est familier, bienveillant et instructif. Six personnes se réunissent dans un salon afin de répondre à des idées reçues largement répandues et banalisées dans notre société. Elles ont toutes un point un commun : elles sont toutes concernées par les mêmes préjugés.

« Étiquette » donne la parole a des intervenant.e.s qui doivent surmonter ces obstacles quotidiens à cause de leur vécu, leur profession, leur orientation sexuelle, leur religion, leur passion ou autre trait personnel qui sort de « la norme ». Au programme, des questions pour démarrer la conversation et ouvrir le débat. Les invité.e.s s’assoient sur le sofa « vrai » ou « faux » pour répondre et argumenter. Ex-sans-abri, Roms, catholiques, juifs, journalistes, profs, séropositif.ve.s, dépressif.ve.s, jumeaux ou encore des ancien.ne.s détenu.e.s… Sur deux saisons d’une vingtaine d’épisodes, iels réfléchissent ensemble à l’impact des clichés sur leurs vies et sur la société.

Des préjugés déconstruits avec ouverture et bienveillance

Nous avons tou.te.s des préjugés sur autrui, c’est normal. Personne n’y échappe. De manière consciente ou non, nous allons toujours enfermer l’autre dans une case, lui coller une étiquette. En voyant par exemple une ancienne star de la télé-réalité, beaucoup penseront qu’elle regrette sa participation à l’émission. L’épisode qui leur est consacré va nous faire comprendre que non, pas forcément.

Ces étiquettes qu’on leur colle, de manière consciente ou non, ont bien un impact. Ces idées reçu.e.s, les concerné.e.s les entendent tous les jours. Et cela peut devenir trop insultant. Avec leurs expériences, les invité.e.s savent très bien y répondre avec pédagogie, bienveillance et ouverture. Ainsi les échanges ne diabolisent pas toujours les préjugés, et offrent à la fois aux spectateur.rice.s et aux intervenant.e.s une possibilité de déconstruire leurs pensées. Et de se remettre en question ensemble pour mieux connaître ce qui fait notre société.

France.tv Slash essaye d’inviter des intervenant.e.s assez divers.e.s pour qu’iels soient le plus représentatif.ve.s de chaque communauté. L’objectif est de montrer que, si les invité.e.s sont issu.e.s d’un même groupe sociologique, iels ne partagent pas pour autant la même opinion, ni la même expérience. Toutes ces personnes décident ainsi de se dévoiler en débattant avec des points de vue qui nous offrent une vision différente, moins tranchée. Et on (re)découvre que tout n’est pas noir ou blanc.

« Être parent-ado, ce n’est pas un choix. Vrai ou faux ? »

Parmi les derniers épisodes, il y a celui qui déboulonne les clichés sur celles et ceux qui sont devenu.e.s parents à l’adolescence. Le premier cliché auquel les intervenant.e.s doivent répondre : « être un parent ado, ce n’est pas un choix. Vrai ou faux ? ». Pour certain.e.s, ce fut un choix bien préparé. Mais pour Océane, ça ne l’était pas. Elle a vécu un déni de grossesse à 18 ans. La jeune femme n’a eu que quatre heures entre la prise de conscience de sa grossesse et son accouchement.

Bref, ces expériences individuelles rappellent que les personnes subissant des discriminations quotidiennes ne devraient pas être rangées dans des cases aussi rapidement. Tout un groupe social ne peut pas répondre à une seule caractéristique commune. Après avoir visionné quelques épisodes, il vous sera sûrement difficile de commencer une phrase par des généralités « les non-diplômé.e.s sont ainsi… » ou « les jeunes dans les banlieues aiment cela… ».

On aurait bien aimé avoir eu cette émission dans nos cours d’éducation civique ! Elle est destinée à tou.te.s, jeunes ou moins jeunes, étiquetté.e.s ou non. « Étiquette » est disponible intégralement en ligne et gratuitement sur le site FranceTV.

Et vous, avez-vous vu cette série ? Si oui, quel épisode vous a interpellé.e ? Venez partager vos impressions sur le forum de The Body Optimist.

Cindy Viallon
Cindy Viallon
Journaliste free-lance, mes sujets de prédilection sont les féminismes intersectionnels, la société et la culture. J’aime déconstruire l’actualité et briser les tabous une fois pour tous·tes !
Vous aimerez aussi

Faire « revivre » nos proches avec l’IA : une nouvelle perspective sur le deuil ?

L’intelligence artificielle a investi le quotidien de nombreuses personnes. Sollicitée pour écrire des dissertations sans bouger le petit...

Explorez 4 jeux vidéos où les héroïnes dominent

Bravez des mondes virtuels sous le commandement de figures féminines emblématiques. Découvrons ensemble quatre jeux vidéos qui mettent...

Démoniaque, absente ou morte : quel est le problème de Disney avec les mamans ?

Les dessins animés Disney continuent d’émerveiller les nouvelles générations d’enfants. Pourtant, une fois l’innocence du tendre âge envolée,...

Fauteuils roulants 100 % remboursés avant fin 2024 : à quoi s’attendre réellement ?

C’était une des grandes promesses du président de la République et celle-ci sera tenue. Après de longues négociations...

#MeToo à l’hôpital : la vérité enfin dévoilée sur les comportements abusifs dans le milieu hospitalier

Alors qu’un #MeToo des armées a récemment émergé pour dénoncer les violences sexuelles subies au cœur des régiments,...

8 sagas littéraires addictives à savourer sans retenue

Si les sagas comme Harry Potter ou Le Seigneur des Anneaux inondent nos écrans, elles se bousculent aussi...