41 % des femmes éprouvent de la honte face à leur libido

Un récent sondage mené par la plateforme Emancipées nous apprend que 41 % des Françaises ont honte de leur libido. Non pas parce qu’elles en ont une trop grande, mais plutôt parce qu’elles n’en ont pas assez. Un problème sociétal qui nous rappelle une fois de plus à quel point la question de la « performance » est prégnante. On fait un point.

Des Françaises insatisfaites de leur libido

Grâce à ce sondage, on mesure l’impact de la fameuse « norme » sur nos vies. Et même jusque dans notre chambre à coucher… Ce sondage anonyme, intitulé « la vraie libido », a permis à 3 685 femmes âgées de 18 à 50 ans de s’exprimer à propos de leur sexualité. Les résultats ont été publiés en début de semaine et ils sont pour le moins révélateur.

En effet, la « moyenne » française vante 3 à 4 rapports sexuels par semaine. Si 38,4 % ont confirmé, le reste des réponses s’est plutôt dirigé vers 2 à 3 fois par mois. Voire même un « petit coup rapide » plutôt qu’un long rapport sexuel. Plus parlant encore : 61,5 % des répondantes affirment être insatisfaites de leur libido.

Et parmi elles, 41,4 % éprouvent carrément un sentiment de honte. Pourquoi ? Car elles considèrent leur libido trop faible ou inexistante. Mais par rapport à quoi ? Eh bien, justement, à cette fichue moyenne qui voudrait que l’on ai au minimum X rapports sexuels par mois avec notre conjoint.e. Mais sous peine de quoi au juste ?

Mentir pour mieux se protéger des jugements

Et cette pression est d’autant plus ressentie lorsque le sondage nous apprend que 20,8 % des répondantes ont avoué avoir déjà « arrangé » le chiffre lorsqu’elles évoquent le sujet avec leur entourage. Environ 10 % se sont même menties à elle-même en se convainquant d’un chiffre supérieur à la réalité.

À l’inverse, les femmes ayant une plus forte libido que la moyenne ne sont « que » 7,6 %. Et on a envie de dire : encore heureux ! Car depuis quand faut-il avoir honte d’avoir plus ou moins envie de faire l’amour que la moyenne française ? On peut même remettre en cause ce système de moyenne qui est pour le moins dérangeant. Depuis quand doit-on noter ce qu’il se passe dans la chambre à coucher ?

Enfin (et sans surprise), les répondantes ont évoqué les raisons qui entraîne selon elles cette baisse (ou absence) de libido : fatigue, manque d’envie, stress et enfin, manque de communication avec le.a partenaire. Un résultat qui nous montre une fois de plus à quel point il est important de dialoguer avec son.sa conjoint.e à propos de tous les sujets, et surtout ceux qui touchent l’intimité du couple.

Stop à la pression du devoir conjugal

Une expression franchement désuète au XXIe siècle. Si une femme ou un homme n’a pas envie de faire l’amour, est-ce pour cela que l’on le clouer au pilori ? Est-ce pour cela que l’on doit le.a montrer du doigt parce qu’il.elle ne fait pas partie de la moyenne ? Une idiotie sans nom, bien évidemment.

Avoir une baisse de libido est totalement normal au vu des raisons invoquées ci-dessus. La charge mentale n’est pas une légende. Et elle affecte aussi bien la vie de famille que la sexualité d’un couple, que l’on soit femme ou homme.

La meilleure manière de réagir face à une baisse de libido qui dure dans le temps est encore d’en parler honnêtement avec son.a partenaire. Et surtout d’identifier la ou les causes. Une mauvaise répartition des tâches à la maison ? Peut-être faudra-t-il modifier un peu son emploi du temps pour que chacun.e participe un peu plus aux tâches du quotidien ? Est-ce parce qu’il y a un blocage intime quelque part ? Dans ce cas, peut-être que consulter un.e sexologue (à deux ou seul.e) pourrait être une bonne idée.

Et si les baisses de libido sont passagères : ne vous alarmez pas, c’est tout à fait normal ! Vous avez le droit de ne pas avoir envie !

Amandine Cadilhon
Amandine Cadilhon
Journaliste mode, mes articles, mettent en lumière les diverses tendances et styles qui façonnent l'univers de la mode féminine. Mon objectif est de proposer un contenu diversifié et accessible à toutes et tous, en soulignant l'importance de l'expression personnelle et de l'empowerment à travers la mode.
Vous aimerez aussi

Asthme et sexe : comment avoir une vie sexuelle épanouie quand on a des soucis de respiration ?

En France, environ 4 millions de personnes sont asthmatiques. Une pathologie respiratoire qui complexifie les gestes du quotidien...

Voici comment l’after care peut transformer votre vie sexuelle

Explorez les secrets de l'aftercare et découvrez un univers d'intimité révolutionné.  L'importance de l'aftercare dans la vie sexuelle Le terme...

7 erreurs courantes avec les sextoys qui gâchent le plaisir

Que ce soit pour corser les ébats en duo ou rendre les plaisirs solitaires encore plus explosifs, les...

La bifle : claque humiliante ou véritable source de plaisir ?

La bifle, cette claque donnée par un pénis, choque autant qu’elle intrigue. Promue par les films X, elle...

Rainbow kiss : oseriez-vous ce baiser un peu particulier ?

Vous connaissez forcément l’inconditionnel french kiss, ce baiser langoureux que de nombreux couples pratiquent pour se dire bonjour...

Ne laissez plus l’inconfort et les douleurs gâcher vos ébats, rendez-vous sur IntyEssentials !

Les rencontres charnelles sous la couette ne sont pas toujours aussi idylliques que dans les films. Dans la...