5 films et séries pour admirer le talent de Nicola Coughlan, la perle rare de Bridgerton

Lumineuse, convaincante et attachante, Nicola Coughlan est indéniablement la grande révélation de la série « La Chronique de Bridgerton ». Depuis les premières saisons, elle prête son visage de poupée à la douce Pénélope Featherington. À travers ce personnage, l’actrice irlandaise confirme son génie et sa finesse d’incarnation. Elle a une présence scénique captivante et accroche le regard. Si Nicola Coughlan est indissociable de la vie de château, elle a aussi délaissé les robes d’époque à manche bouffante pour se hisser dans d’autres costumes, moins opulents.

Actrice « touche à tout », elle s’est frottée à d’autres genres, toujours avec cette énergie rafraîchissante. Voici 5 autres films et séries où Nicola Coughlan a brillé et sublimé le scénario. Si vous avez déjà fini la partie 2 de la saison 3 de « Bridgerton », tout juste sortie sur les écrans, vous pouvez retrouver le minois familier de Nicola ailleurs.

Seize Them!

Dans cette comédie britannique à l’humour kitsch, Nicola Coughlan fait un bond dans l’ère médiévale. Elle quitte le faste de la Régence pour écumer une période de l’Histoire un peu moins étincelante et plus barbare. La transition est surprenante. Nicola troque son look néo-classique délicat contre une vieille guenille et une hache tranchante. Elle est à des années lumières de la fille “de bonne famille”, discrète et serviable.

Dans « Seize Them! », qui peut se traduire par « saisissez-les », elle interprète la révolutionnaire Humble Joan, une femme de caractère, qui en impose. Ambassadrice du peuple, elle vire la reine Dagan, campée par Aimee Lou Wood (« Sex Education« ), de son trône pour reprendre le pouvoir de force. Destituée de sa couronne, Dagan erre dans l’Angleterre profonde, en compagnie de ses seuls alliés : sa servante et un villageois nommé Bobik. Elle tente de ramener des « gueux » dans son camp mais avec l’intimidante Humble Joan au sommet, son plan risque d’être compromis. C’est certainement l’un des rares films où Nicola Coughlan est vraiment méconnaissable. Mais ce rôle d’insoumise lui colle à merveille.

Big Mood

Parmi les films et les séries où Nicola Coughlan excelle et prend la première place, il y a « Big Mood », une saga naissante sortie fin mars 2024. Dépeinte comme une série dramatique noire, elle gravite autour de Maggie et Eddie, deux amies fusionnelles qui ne passent pas un jour l’une sans l’autre. Au gré de cette création en six épisodes, Nicola se met dans la peau de Maggie, une jeune femme atteinte de troubles bipolaires. Elle passe du rire au larme, du calme à la tempête et du sérieux à la folie en un éclair.

Extravagante, déjantée et irresponsable d’extérieur, Maggie cohabite en fait avec une maladie mentale envahissante, qui finit par déteindre sur son amitié avec Eddie. Mais les deux sœurs de cœur sont plus fortes que ces humeurs en dent de scie. Même si Maggie enchaîne les catastrophes et les actes irréfléchis, Eddie est là pour passer derrière et réparer les dégâts. Une ode acidulée et sensible à la sororité. Là encore, Nicola Coughlan révèle son large champ d’interprétation. Cette actrice, que tout le monde s’arrache, rend ses personnages encore plus vivants et réalistes.

Derry Girls

Dans cette série, du style « teenage », l’intrigue se tient à Derry. Cette ville d’Irlande du Nord est percutée de plein fouet par le conflit nord-irlandais au début des années 90. Malgré ce contexte de tension, les caméras se détournent des tirs et des soldats pour se concentrer sur la vie scolaire trépidante de quatre jeunes filles : Erin, Clare, Michelle et Orla. Elles font leurs études dans une école catholique réservée aux filles mais elles sont assez indisciplinées et contrastent avec ce décor très solennel. Ensemble, elles font les quatre cent coups. Elles concoctent des space cake et mènent la vie dure aux bonnes sœurs. Elles ont peut-être l’uniforme vert sapin tiré à quatre épingles mais elles n’ont pas la rigueur qui va avec.

Véritables fauteuses de trouble, elles passent plus de temps dans le bureau de la directrice que dans les salles de classe. Les péripéties clownesques de ces adolescentes turbulentes dénotent avec la violence des événements qui se déroulent dehors. C’est une sorte de « Gossip Girl » en version moins bling-bling et plus grotesque. Parmi les films et séries qui mettent à l’honneur Nicol Coughlan, « Derry Girls » est probablement la plus iconique.

Les filles de joie, aka « Harlots »

Dans cette série, Nicola Coughlan n’est pas trop dépaysée. Elle quitte l’époque de la Régence pour embrasser la bourgeoisie de la société georgienne. En revanche, elle fait des infidélités à son noble nom Featherington pour camper le personnage de Hannah Dalton, une femme plutôt intéressée. Dans la saison 2, elle est le bras droit de Charlotte, la fille d’une patronne de maison close située à Londres.

Comme son nom l’indique « Les filles de joie » suit le quotidien des prostituées de la ville. Loin d’errer dans la rue, en corset moulant et en bas provoquant, elles pratiquent leur métier dans une demeure clinquante. Même si Nicola Coughlan a un rôle secondaire et ne fait qu’un bref passage dans la série, elle apporte de la profondeur et du dynamisme au récit. Si vous aimez les potins et les soirées mondaines, vous allez dévorer les 24 épisodes d’une traite !

Barbie

Parmi les films où Nicola Coughlan rayonne : le blockbuster Barbie. Même si la charmante Margot Robbie a les pleines lumières dans l’étoffe de la poupée iconique, Nicola Coughlan a aussi droit à son quart d’heure de gloire. Dans ce décor parsemé de rose, qui reproduit à l’identique les maisons miniatures de notre enfance, elle incarne Barbie Diplomate.

Avec sa chevelure rousse flamboyante et sa robe pailletée dotée de manches en tulle XXL, elle ne passe pas inaperçue. Là aussi elle fait une apparition express et ne s’attarde pas sous les projecteurs. Mais elle ajoute un supplément d’âme à ce film « événement ».

Partout où elle passe, Nicola Coughlan capte l’attention. Dans ces films et séries, elle s’émancipe de ces habits princiers pour révéler son immense palette. Actrice « caméléon », elle n’est pas seulement « Pénélope de Bridgerton ». En plus, elle dépoussière l’image de la femme ronde « rigolote », qui fait trop souvent foi dans la pop culture. 

Émilie Laurent
Émilie Laurent
Dompteuse de mots, je jongle avec les figures de style et j’apprivoise l’art des punchlines féministes au quotidien. Au détour de mes articles, ma plume un brin romanesque vous réserve des surprises de haut vol. Je me complais à démêler des sujets de fond, à la manière d’une Sherlock des temps modernes. Minorité de genre, égalité des sexes, diversité corporelle… Journaliste funambule, je saute la tête la première vers des thèmes qui enflamment les débats. Boulimique du travail, mon clavier est souvent mis à rude épreuve.
Vous aimerez aussi

La Chronique des Bridgerton : 7 secrets de tournage qui vont vous faire voir la série autrement

La série La Chronique de Bridgerton s’attire toutes les louanges. Depuis que la saison 3 est sortie, elle...

12 sagas littéraires captivantes que vous ne pourrez plus lâcher

Si les sagas comme "Harry Potter" ou "Le Seigneur des Anneaux" inondent nos écrans, elles se bousculent aussi...

6 films puissants qui abordent le rude sujet de la fin de vie

Les débats sur la fin de vie, qui étaient sur le point d’aboutir sur des annonces concrètes et...

Coldplay, Angèle… les concerts se veulent plus inclusifs et c’est une bonne nouvelle !

Pendant le concert de Coldplay à Athènes, une image a retenu toute l’attention des internautes et suscité de...

Vous ne verrez plus jamais les films Disney de la même manière après avoir découvert ces théories

Les dessins animés Disney ont bercé votre enfance et ponctué vos écrans noirs pendant le tendre âge. Si...

Top 6 des romans de sorcellerie à lire qui vous hypnotiseront

Pour échapper à la réalité morose de ce monde, quoi de mieux qu’un bon livre de fiction habité...