Comment les hommes peuvent agir en faveur de l’égalité des sexes ?

Selon les estimations, l’égalité des sexes ne sera pas atteinte avant 130 ans. Pour grappiller quelques décennies dans cette lutte acharnée, les hommes peuvent aussi mettre leur pierre à l’édifice. Que ce soit en pointant les remarques machos de leurs collègues lourdingues ou en s’investissant davantage dans la gestion du foyer, ces messieurs ont toutes les cartes en main pour acter le changement.

Corriger ses amis en cas de réflexions misogynes

Si un de vos amis dénigre ouvertement les femmes, ne restez surtout pas les bras croisés. Manifestez votre désaccord et faites-lui une petite leçon de morale. Certes, l’effet de groupe peut parfois intimider, surtout si toute la bande pouffe de rire suite à cette intervention basse d’esprit. Mais en ne disant rien ou, pire, en gloussant, vous ne faites qu’acquiescer ce comportement sexiste. Alors, si le « coq » de la troupe sort un « c’est un truc de famelette » avec sa bière entre les mains, soyez proactif et faites de la « pédagogie ».

Déjouez ce coup macho intelligemment. Pas question d’imposer une dictature féministe ou de monter dans les tours. Adoptez un ton ferme et respectueux, histoire de garder un champ de tir assez large. Évitez de brandir les femmes en victimes incomprises, vous risqueriez de renforcer le mythe de la « petite chose fébrile ». Préférez plutôt des mises en avant valorisantes sur leur rôle, crucial en société.

Pour ce genre de spécimen à la virilité bien pendue, la parole des femmes ne vaut rien alors que la vôtre fait sens. Devenez donc un porte-voix de l’égalité, un « mentor » de la masculinité « positive ». Nul besoin de faire des discours de grand orateur, ce qui compte c’est la spontanéité de votre prise de position. Évidemment, ne faites pas le « fier » après cette irruption, sinon ça gâche toute la symbolique du geste.

Écouter activement les points de vue des femmes

Même au 21e siècle, les femmes peinent encore à se faire entendre. Leurs interventions sont d’ailleurs régulièrement assourdies ou volontairement dévaluées par la gent masculine. Cette pratique est tellement répandue qu’elle porte un nom : le mansplaining. Les hommes, se pensant dotés de la science infuse ou de la lumière d’Einstein, interrompent les femmes ou les reprennent sur des sujets qu’elles maîtrisent déjà par cœur. Alors pour que les hommes soient de véritable soutien dans l’égalité des sexes, ils doivent déjà apprendre à mettre leur égo de côté.

Au lieu de réprimer les connaissances ou les opinions des femmes, manifestez de l’intérêt grâce à l’écoute active. Prenez leurs préoccupations et leurs expériences au sérieux sans tenter de vous mettre sur un piédestal. Évidemment, le but n’est pas de vous écraser, simplement de créer un climat bienveillant et un échange équitable. C’est seulement en prêtant une oreille forte aux femmes, que vous parviendrez à vous mettre à leur place.

Admettre les inégalités que subissent les femmes

Impossible de fermer les yeux sur les inégalités entre hommes et femmes. Petit rafraîchissement, au cas où : les femmes gagnent 22 % de moins que leurs homologues masculins. Et les incohérences ne se limitent pas à la sphère professionnelle. Selon l’Insee, 25 % des femmes en couple avec enfant consacrent quatre heures ou plus aux tâches domestiques, contre 10 % des hommes.

Malgré cette réalité palpable, certains hommes prennent encore le sujet à la légère et se dédouanent de toutes responsabilités. Nous ne vous jetons pas la pierre messieurs, vous avez été nourri par le patriarcat et vous en gardez forcément des restes. Mais ce n’est pas parce que vous êtes né avec le sexe de tous les privilèges que vous devez vous tourner les pouces dans ce combat.

Pour favoriser l’égalité des sexes et l’harmonie collective, vous devez prendre conscience des injustices permanentes, des efforts insensés que font les femmes pour obtenir des choses que vous avez sur un plateau doré. Cela induit inévitablement de reconnaître votre confort de vie ainsi que vos multiples passe-droits. Ne tentez pas d’inverser les rôles en vous érigeant en martyr ou en petit Calimero.

Être solidaire avec les femmes

Être solidaire avec les femmes ne veut pas forcément dire revêtir des t-shirts aux slogans « dénonciateurs » et passer tout votre temps dans les manifs, bien que ça soit tout à votre honneur. Il existe d’autres façons plus simples d’endurcir l’égalité des sexes. Par exemple, le fait de stopper une scène de harcèlement de rue ou de relayer l’idée très brillante d’une de vos collègues féminines pendant une réunion.

Plus louable encore, vous pouvez changer de trottoir ou prendre vos distances avec une femme qui marche seule dans une rue ennuitée. Évidemment, le but n’est pas de revêtir une cape à la Superman, juste de créer un front uni et des espaces sûrs.

Remettre en question certains comportements

De nombreuses militantes féministes parlent d’hommes déconstruits. Rassurez-vous messieurs, nous n’allons pas vous mettre en pièces. Ce terme désigne des hommes qui ont réussi à se détacher des codes de virilité infusés à outrance par la société. Autrement dit, ce sont des hommes qui acceptent leur sensibilité et rejettent les rôles de genre rigides. Avant d’atteindre ce statut ultime dans l’égalité des sexes, vous devez faire table rase sur tout ce que vous avez acquis depuis votre tendre âge.

C’est une remise à niveau complète. Laissez aller vos émotions, prenez du recul face aux « normes » de genre et modérez vos excès d’agressivité, ce sera déjà un bon début. La finalité ? Construire votre propre identité masculine sur un modèle sain, progressiste et raisonnable. Parce que oui, le sexisme s’exerce aussi de façon inconsciente. C’est le cas quand vous dites « vous êtes si sensibles, vous, les femmes » ou « ça risque d’être trop lourd pour toi ».

Prendre sa part de charge mentale

Cultiver l’égalité des sexes revient aussi à chausser le balai plus souvent et faire la vaisselle sans que ça ne vous le soit demandé quinze fois. L’égalité des sexes se joue aussi au sein du foyer. Aujourd’hui encore, 80 % des femmes font la cuisine ou le ménage au moins une heure chaque jour, contre 36 % des hommes.

Alors, n’attendez pas que votre compagne vous supervise pour assumer les tâches ménagères. Prenez les devants. Faites vous-mêmes les listes de course, passez l’aspirateur de votre propre initiative et concoctez des plats sans interpeller votre femme toutes les deux secondes pour savoir où se trouvent les ustensiles.

En travaillant main dans la main, comme une équipe, hommes et femmes auront plus d’impact pour concrétiser cette dure ambition qu’est l’égalité des sexes. La route est encore longue, mais les jeunes générations animent cet espoir. Chez les 17-19 ans, tous genres confondus, 6 personnes sur 10 se disent féministes.

Émilie Laurent
Émilie Laurent
Dompteuse de mots, je jongle avec les figures de style et j’apprivoise l’art des punchlines féministes au quotidien. Au détour de mes articles, ma plume un brin romanesque vous réserve des surprises de haut vol. Je me complais à démêler des sujets de fond, à la manière d’une Sherlock des temps modernes. Minorité de genre, égalité des sexes, diversité corporelle… Journaliste funambule, je saute la tête la première vers des thèmes qui enflamment les débats. Boulimique du travail, mon clavier est souvent mis à rude épreuve.
Vous aimerez aussi

L’amitié entre filles est bien plus puissante que vous ne pouvez l’imaginer : découvrez pourquoi !

L'amitié entre filles est une force souvent sous-estimée, pourtant elle joue un rôle crucial dans la vie de...

La cagole marseillaise est plus féministe que vous le croyez, voici pourquoi

La cagole marseillaise fait partie du décor de la Cité Phocéenne. Impossible de la rater, elle fait tout...

6 idées reçues entendues sur le féminisme à déconstruire

Depuis le mouvement de libération des femmes au XXe siècle, le féminisme a progressivement gagné en visibilité dans...

7 petits gestes féministes qui ont du poids et du sens

Être féministe, ce n’est pas seulement descendre dans la rue à scander des slogans, ni passer la quasi-totalité...

Néo-féministes : amies ou ennemies de la cause des femmes ?

Il n'y a pas un seul type de féminisme, mais bien plusieurs. Certains courants sont rationnels et pondérés...

Ce que vous ignorez sur le mythe de la « femme hystérique »

Dans le vaste panorama de l'histoire de la médecine, il existe un concept longtemps enraciné dans les mentalités...