Stéréotypes : 57% des lycéennes n’osent pas s’orienter vers une école d’ingénieur ou d’informatique

Un sondage Ipsos réalisé en octobre 2021 pointe que, comme à chaque rentrée, les jeunes femmes restent toujours minoritaires à faire le choix d’un cursus d’études supérieures dans la Tech et l’informatique. Et ce malgré l’influence croissante du numérique dans la société et ses opportunités de carrière. En France, seuls 37 % des filles envisagent de s’orienter vers une école d’informatique ou d’ingénieur, contre 66 % des garçons.

En cause ? Les lycéennes n’osent pas s’orienter vers ces secteurs par manque de confiance en elles, par méconnaissance du secteur. Et surtout à cause des préjugés sexistes sur leur capacité d’exercer dans ces métiers. 

57 % des lycéennes pensent « ne pas avoir le niveau »

En 2021, seuls 37 % des filles envisagent de s’orienter vers une école d’informatique ou d’ingénieur, contre 66 % des garçons. Alors que 54 % des lycéennes sont attirées par les matières scientifiques en général, et 56 % par le secteur informatique. En cause, des représentations genrées du métier, bien ancrées dans l’esprit des adolescent.e.s et de leur entourage. Les filles manquent de confiance en elles et connaissent moins le secteur. Ainsi, 57 % des lycéennes pensent « ne pas avoir le niveau » pour suivre une formation en école d’ingénieur ou d’informatique. Et ce, même quand elles ont de très bonnes notes en sciences. Un pourcentage qui tombe à 22 % pour les garçons.

Ces chiffres ont été dévoilés après une enquête réalisée en octobre 2021, auprès d’un échantillon représentatif de 800 lycéennes et lycéens et de 400 parents. Ce nouveau sondage Ipsos a été commandé par EPITECH, une école de l’expertise informatique du Groupe Ionis. Il permet de comprendre comment se construisent les choix d’orientation au lycée, et comment les femmes sont toujours sous-représentées dans les secteurs du numérique.

Le rôle des parents dans l’orientation

L’enquête explique également que seuls 33 % des lycéennes sont encouragées par leurs parents à s’orienter vers les métiers du numérique. Pour les garçons, c’est plus de la moitié (61 %). Or, les parents sont les principaux prescripteurs en matière d’orientation (pour 33% des lycéen.ne.s), devant les personnes qu’iels peuvent rencontrer lors de forums ou de salons d’orientation (21 %), leurs professeurs (17 %), conseiller.ère d’orientation (16 %) ou d’autres membres de leur famille (13 %).

Pourtant les deux groupes sondés se sont plutôt mis d’accord sur le fait que les métiers du numérique sont attirants, selon les mêmes critères. Ces métiers seraient bien rémunérés (pour 82 % des lycéen.ne.s et 89 % de leurs parents), des métiers d’avenir (pour 88 % des lycéen.ne.s et 95 % de leurs parents), qui permettent d’agir sur les grands enjeux d’aujourd’hui (pour 67 % des lycéen.ne.s et 72 % de leurs parents). Les métiers du numérique ont alors des critères que l’on associe encore trop souvent à des « carrières masculines ».

Le sondage a observé que les parents projettent des attentes différentes pour leurs enfants. Du côté des parents de filles, la possibilité de concilier vie privée et vie professionnelle est le deuxième critère d’orientation professionnelle cité. Pour les parents de garçons, ce critère vient en 5e position. Du côté des jeunes filles, il s’agit en réalité du 4e critère le plus cité, idem pour les garçons.

Des stéréotypes sur les métiers de l’IT

Toutefois, le sondage a observé que par rapport aux lycéens, les lycéennes ont des images plus négatives sur le métier d’expert informatique. Il est alors jugé « moderne » pour 43 % des filles contre 51 % des garçons, « trop technique » pour 49 % des filles contre 35 % des garçons, et « solitaire », « ennuyeux » pour un quart des lycéennes (26 %). Bref, la plupart des lycéen.ne.s (76 %) considère que ce métier est « masculin ». Et 38 % des filles sondées pensent que les femmes trouvent difficilement leur place dans ce métier.

L’étude a souligné qu’une majorité de lycéen.ne.s et parents pensent que les femmes diplômées d’écoles d’informatique sont désavantagées par rapport aux hommes, tant sur les salaires et les possibilités d’évolution que sur les opportunités d’embauche. Afin d’encourager les filles à s’inscrire dans le secteur numérique, les lycéen.ne.s ont recommandé d’inviter des femmes professionnelles du secteur dans leurs classes. Ce serait une manière de mieux faire connaître les métiers du numérique, et de montrer que les femmes ont toute leur place et leur légitimité dans ce secteur.

Et vous, pensez-vous que les métiers du secteur du numérique sont attirants ? Venez partager vos impressions avec nos lecteurs et lectrices, sur notre forum.

Cindy Viallon
Cindy Viallon
Journaliste free-lance, mes sujets de prédilection sont les féminismes intersectionnels, la société et la culture. J’aime déconstruire l’actualité et briser les tabous une fois pour tous·tes !
Vous aimerez aussi

La magie des pyjama parties : 10 bonnes raisons de les adopter à l’âge adulte

Ah, les pyjama parties ! Ces soirées mémorables où les rires fusaient, les films défilaient et les pizzas...

Juin 2024 : ces signes astrologiques vont voir la chance leur sourire !

Ce mois de juin 2024 réserve son lot de surprises aux étoiles. Découvrez les signes astrologiques qui recevront...

Enfants de femme battue : quel suivi pour ces victimes collatérales ?

Chaque année, 213 000 femmes subissent des violences physiques ou sexuelles de leur conjoint ou ex-conjoint, parfois sous...

Grâce à l’invention de cet étudiant, vous pouvez faire un don aux SDF par carte !

En croisant le chemin de SDF, vous avez certainement déjà sorti cette phrase "désolé.e, je n’ai pas de...

La méthode « Wangiri » : 5 conseils pour éviter cette arnaque redoutable

Arnaque téléphonique : ne devenez pas la prochaine cible. Découvrez comment repérer et éviter le piège de la...

Erreur au travail ? Voici comment ne pas se laisser envahir par le doute et la culpabilité

Lorsque nous commettons une erreur au travail, il est facile de se retrouver submergé.e par un flot d'émotions...