5 films sur la mode à voir ou à revoir

Façonner les matières de demain, coudre l’originalité sur des pièces basiques, tisser un lien fort avec le vêtement, autant de facettes que les grandes pointures de la mode ont exploré. Yves Saint Laurent, Coco Chanel ou encore Christian Dior excellaient dans cet art et ont marqué de nombreuses générations par leur empreinte visionnaire. Comme eux, mannequins et rédactrices mode ont un pied bien ancré dans cet univers. D’Anna Wintour et sa brillante carrière de rédactrice en chef au sein du mythique Vogue à Audrey Hepburn femme fatale des années 50, la mode est un véritable refuge.

Alors, la haute couture a été un abreuvoir d’inspiration pour les réalisateurs. À travers le 7e art, ils ont levé le rideau sur la vie trépidante de ces personnalités adulées et nous ont laissé entrevoir les coulisses des grands magazines. Des passages intimistes aux moments de gloire en passant par les temps de déboire, ces chefs-d’œuvre filmographiques mettent en lumière un monde à la fois intransigeant, mais terriblement palpitant. Coup de projecteur sur ces films qui sillonnent chaque recoin de la mode et tiennent en haleine le spectateur.

Coco avant Chanel, de la pauvreté au sommet de la société

Ce film réalisé en 2009 par Anne Fontaine retrace le destin mouvementé de Gabrielle Chanel. Cette biographie parcellaire met en exergue les phases clefs de son existence qui ont fait sa renommée. Loin des paillettes et du luxe, Chanel a foulé des terres pauvres avant de connaître une fulgurante ascension vers le succès.

La réalisatrice évoque la période prégloire de cette grande Mademoiselle, un choix capital pour comprendre cette épopée atypique. Elle plante d’abord le décor à Saumur là où Gabrielle tient ses racines. Une période essentielle qui a marqué un tournant dans la vie de la jeune téméraire. Audrey Tautou qui incarne le personnage avec talent renvoie d’ailleurs l’image d’une silhouette à la fois frêle, mais robuste, voire indestructible.

D’une jeunesse tourmentée à ses premiers pas de couturière au coeur de la Ville Lumière en passant par ses chapitres amoureux, ce biopic dépeint avec justesse le parcours de Coco 

Saint Laurent, esquisse d’une figure en demie teinte

Le persuasif et éloquent interprète qu’est Gaspard Ulliel a eu l’honneur de revêtir le temps d’un film la prestance d’Yves Saint Laurent. En 2014, le réalisateur Bertrand Bonello s’est emparé de ce personnage aussi charismatique qu’énigmatique et a redessiné les traits clairs obscurs qui caractérisaient si bien cet homme au coup de crayon incomparable.

Dans ce film on découvre un couturier passionné qui vibre pour une mode à mi-chemin entre l’élégance et l’exotisme. Pour apporter un peu de piquant à cette biographie, Bonello dresse un soupçon de scandale en toile de fond. Yves Saint Laurent se met alors à nu devant les spectateurs et dévoile un soupçon d’attirance pour le danger. Embarqué dans une vie tout feu tout flamme, Saint Laurent se révèle aussi créatif que sulfureux, aussi doux dans son art du stylisme, que volage en amour.

En résumé Yves Saint Laurent se cherche et se noie dans un tourbillon de débauche. Derrière les robes colorées qu’il dessine se cache un goût amer de l’existence et une appétence pour les choses sombres. L’histoire d’une vie contrastée, parfaitement jouée.

Le Diable s’habille en Prada, aventure haute en couleur

Incontournable, ce film de David Frankel est sorti en 2006, mais n’a pas pris une ride. Meryl Streep incarne une papesse de la mode toujours tirée à quatre épingles du nom de Miranda Priesley. Rédactrice en chef du magazine prestigieux Runway, elle tire les ficelles d’un empire impitoyable.

Cette reine des glaces considère ses employés comme des marionnettes, et leur carrière ne tient qu’à un fil. Insouciante et naïve, la jeune diplômée en journalisme Andrea Sachs incarnée par Anne Hathaway pousse les portes de ce monde sans scrupules. Un visage clairsemé de maquillage, des vêtements simples et sans âmes, une coiffure peu soignée, l’image de la jeune femme ne colle pas vraiment avec l’ADN de Runway. Miranda fait vivre un enfer à cette nouvelle arrivante. Elle la crible de dossiers, l’envoie chercher son café, la charge de tâches dégradantes qui n’entretiennent aucun lien avec la profession de rédactrice.

Au fil de cette épopée rocambolesque, on voit le personnage d’Andrea évoluer, persévérer, et décrocher enfin le métier rêvé. Entre désillusion et déception amoureuse, on visite véritablement les coulisses d’un grand magazine et des contraintes qu’il impose parfois. S’imprégner des diktats de la société, se priver de vie sentimentale, sans cesse travailler sans véritable reconnaissance, autant de concessions qui incitent à réfléchir à une vie plus saine. Moralité : mieux vaut rugir plutôt que se laisser embarquer dans les griffes de la mode.

The September Issue, une ode à Vogue et sa rédactrice en chef

À la fois puissante et fascinante, Anna Wintour, rédactrice en chef du magazine Vogue US détient en ses mains une flamme qui semble éternelle, celle de la passion. Loin des clichés du film Le Diable s’habille en Prada, ce documentaire réalisé en 2009 par R.J. Cutler encense cette prêtresse de la mode.

On pénètre dans l’antre secrète de cette grande dame à la carrière admirable. Le réalisateur nous immerge dans son univers, nous fait voyager dans un cocon plus intimiste et démontre la rigueur d’Anna Wintour au sein de son environnement professionnel. On se délecte de ses failles qu’elle tend à camoufler par son caractère robuste, on s’enivre de sa fougue pour les nouvelles tendances et on savoure les instants de douceur qu’elle révèle tout en retenue. Derrière ses lunettes noires qu’elle porte précieusement comme un objet fétiche et cachée sous une frange droitement coupée, Anna Wintour se montre ouverte et sensible.

Le réalisateur a exploité chaque angle possible et imaginable rendant cette reine de la mode délicieusement appréciable. En écho au rythme soutenu de son quotidien R.J. Cutler a privilégié un montage rapide. Cet effet miroir peut paraître troublant, mais s’avère très ingénieux. Loin du tape-à-l’oeil et du luxe outrancier, le réalisateur témoigne l’image d’une femme forte, imposante et surtout authentique.

Zoolander, une mode poétiquement drôle

À l’effigie de son auteur Ben Stiller, ce film est aussi loufoque que captivant. Réalisé en 2001, Zoolander est un concentré de clichés sur la mode, une parodie signifiante et légitime sur ce milieu si difficilement accessible.

Cette comédie potache met en lumière la vie d’un homme qui expérimente avec succès les coups de projecteur. Ce mannequin admiré avec de multiples fans à ses pieds caricature le monde moderne et cet attachement superficiel à l’apparence. Agaçant avec ses mimiques, mais attachant par son humour Ben Stiller enchaîne les maladresses. Un scénario à la James Bond encadre ces figures déjantées pour le plus grand bonheur des spectateurs.

Entre action volontairement moquée, autodérision et looks avant-gardistes, Ben Stiller alias Zoolander promet de nous divertir tout en nous délivrant une morale. S’auto-critiquer est la meilleure façon d’évoluer et de lutter contre la susceptibilité.

Quoi de mieux que de revisiter les classiques pendant ces vacances d’été ! Entre deux baignades ou avant de s’endormir, ces films cultes nous embarquent dans des destins aussi hétéroclites qu’inspirants. À voir ou à revoir !

Émilie Laurent
Émilie Laurent
Dompteuse de mots, je jongle avec les figures de style et j’apprivoise l’art des punchlines féministes au quotidien. Au détour de mes articles, ma plume un brin romanesque vous réserve des surprises de haut vol. Je me complais à démêler des sujets de fond, à la manière d’une Sherlock des temps modernes. Minorité de genre, égalité des sexes, diversité corporelle… Journaliste funambule, je saute la tête la première vers des thèmes qui enflamment les débats. Boulimique du travail, mon clavier est souvent mis à rude épreuve.
Vous aimerez aussi

Vice-Versa 2 : 5 bonnes raisons de filer voir ce film d’animation sur les émotions

Dix ans après sa sortie retentissante, Vice-Versa 2 revient enfin sur grand écran ! La petite Riley a...

Visitez le FAMM, le premier musée en France consacré aux femmes artistes !

Longtemps marginalisées des musées et rayées des expositions, les femmes artistes ont désormais un espace qui leur est...

Ce court-métrage touchant sensibilise à la solitude des personnes âgées

En deux minutes chrono, le court-métrage intitulé "Blobby" capture le quotidien esseulé des personnes âgées. Une sombre réalité...

5 réalisatrices méconnues qui ont changé la face du cinéma

Léon Gaumont, les frères Lumière, Alfred Hitchcock ou encore Stanley Kubrick s’érigent dans le top des réalisateurs. En...

5 films et séries pour admirer le talent de Nicola Coughlan, la perle rare de Bridgerton

Lumineuse, convaincante et attachante, Nicola Coughlan est indéniablement la grande révélation de la série "La Chronique de Bridgerton"....

Ce que la science dit sur notre tendance à adopter les traits de nos personnages de fiction préférés

Imaginez-vous en train de lire un roman captivant ou de regarder une série télévisée à suspense. Vous êtes...