Tout ce que vous devez savoir sur l’hétérocuriosité

Vous avez certainement déjà entendu le terme « hétérocurieux.se » dans un sketch, sur fond d’humour et de douce moquerie. Régulièrement tourné à la dérision, il ne ressort que dans le cadre de « vannes », pas toujours très savantes. Loin d’être un camouflage pour les gays ou les lesbiennes qui ne s’assument pas, l’hétérocuriosité concerne plus d’une personne hétéro. La question « qu’est-ce que ça fait de coucher avec quelqu’un du même sexe ? » vous a peut-être d’ailleurs traversé l’esprit. C’est justement ça l’hétérocuriosité : avoir le goût de l’aventure sans pour autant se revendiquer « bi ». C’est accepter que les relations puissent être fluides et variées. Cependant, l’hétérocuriosité est encore mal comprise et suscite parfois la confusion. Voici ce que vous devez retenir de cette attirance qui fait sauter les cases et snobe les standards de sexualité.  

L’hétérocuriosité, qu’est-ce que c’est exactement ?

Comme son nom l’indique l’hétérocuriosité est une forme de curiosité portée sur les relations avec les personnes du même sexe. Vous pouvez donc vous sentir totalement hétéro mais avoir envie d’explorer ce type de relation juste pour essayer. Pour beaucoup l’hétérocuriosité n’est pas claire et reste une sorte de « couverture ». Cependant, elle n’émerge pas seulement chez des personnes qui se cherchent et qui ne savent pas encore quel chemin prendre. Elle s’esquisse aussi chez ces hommes et ces femmes qui n’abandonneraient pour rien au monde les relations avec le sexe opposé.

L’hétérocuriosité ne veut pas dire que vous allez forcément concrétiser l’expérience et aller jusqu’aux ébats. C’est plus un « fantasme », une appétence éphémère. Être hétérocurieux.se et sauter le pas avec quelqu’un du même sexe ne remet pas en cause votre orientation sexuelle de prédilection. Ça ne vous fait pas « changer de bord » comme on l’entend souvent. Ça signifie surtout que vous êtes ouvert.e à l’exploration et que vous voyez plus loin que les conventions de la société.

C’est comme lorsque les parents vous interdisent de caresser des animaux errants ou de manger des sucreries. Vous avez été « formaté.e » pour ne pas le faire, mais à un moment ou un autre, la tentation est plus forte. Dans le fond, l’hétérocuriosité, c’est un peu similaire. Toute votre enfance, vous avez été exposé.e à un « modèle unique » de sexualité, sans autre choix possible. Alors à l’âge adulte, il est assez logique de vouloir tester de nouvelles choses, de sortir du schéma classique. Vous avez d’ailleurs peut-être tenté un french-kiss avec une copine ou même éprouvé des sensations étranges en dormant en cuillère avec votre BFF.

Selon une étude, voici les raisons qui expliquent l’hétérocuriosité

Contrairement à ce que les détracteurs pensent, l’hétérocuriosité n’est pas une « excuse toute trouvée » pour les gays ou les lesbiennes qui peinent à sortir du placard. Elle prouve que les envies ne sont pas figées et peuvent évoluer au fil du temps. Une étude va dans ce sens et explique ce qui encourage à sortir des sentiers battus de l’hétérosexualité. C’est entre les lignes du livre « Still Straight : Sexual Flexibility Among White Men in Rural America », de Tony Silva que l’hétérocuriosité se dévoile. Le professeur de sociologie a mené une étude qualitative sur soixante hommes éparpillés partout aux États-Unis. À noter que tous ont un intérêt très marqué pour la gent féminine et sont plutôt du genre « Don Juan ».

S’ils passent à l’acte avec des membres du même sexe, c’est principalement pour fuir la monotonie de la vie sexuelle de couple. Ils veulent goûter à une autre forme de plaisir. Toutefois, ils affirment rester émotionnellement distants avec leur amant d’un soir. Pour eux, c’est simplement une « petite parenthèse ». En résumé, c’est du sexe sans attache. À l’inverse, pour d’autres c’est un moyen de garder le contrôle sur leur masculinité. Ce qui peut sonner assez paradoxal. Selon cette logique, recevoir du sexe anal de la part d’un homme est plus « acceptable » que de se faire pénétrer à l’arrière par une femme.

« Plusieurs hommes ont expliqué avoir l’impression qu’il était attendu d’eux qu’ils soient dans le contrôle lors de leurs rapports avec les femmes, mais pas avec les hommes », avance le l’auteur de l’étude

L’hétérocuriosité est une façon d’élargir ses horizons sexuelles sans pour autant s’engager ou signer une vraie « transition » dans son identité. Vous pouvez donc vous lancer dans une relation avec une personne du même sexe sans jamais « passer de l’autre côté ». En revanche, si cette simple « déviation » sentimentale vous laisse des questions plein la tête, c’est peut-être que vous vous voilez la face.

Quelle différence entre l’hétérocuriosité et la bisexualité ?

« L’hétérocuriosité, c’est pareil que la bisexualité, c’est juste moins explicite et plus ambigu« . Il n’est pas rare d’entendre cette phrase, qu’importe la tournure. C’est vrai que la frontière entre les deux est assez mince mais il y a une différence majeure dans la définition. Si vous avez une attirance « passagère » pour les personnes du même sexe mais qu’elle s’essouffle tout de suite, on parle d’hétérocuriosité. En revanche, si vous vous plaisez avec cette personne et que vous y trouvez un certain confort, alors là, la définition change et on parle de bisexualité.

Contrairement à la bisexualité, l’hétérocuriosité ne dure qu’un temps, elle s’évapore généralement dans les draps, lorsque vous avez (enfin) sauter le pas. La bisexualité est beaucoup plus « sérieuse » et bien moins « superficielle ». C’est le fait d’éprouver de l’attirance sexuelle ou des sentiments amoureux pour plus d’un sexe ou d’un genre, c’est un type d’orientation sexuelle. Vous pouvez donc vous éprendre pour un homme ou une femme, sans distinction. Ce qui importe c’est le feeling, l’alchimie de départ.

Pourquoi ce terme est parfois décrié ?

Si l’hétérocuriosité semble assez saine voire utile pour certain.e.s, le « concept » ne fait pas vraiment l’unanimité chez la communauté LGBT+. Elle estime que ce terme minimise la bisexualité, la reléguant à une vulgaire lubie ou une expérience temporaire. Elle trouve ce mot assez réducteur et suggère d’utiliser des termes moins alambiqués ou flous. Selon ces mêmes personnes, l’hétérocuriosité est aussi une sorte de voyeurisme mal placé.

C’est une manière détournée de voir si ça se passe comme dans les films X. Ça renforce le côté « bête de foire » et ça appuie davantage sur la différence. L’hétérocuriosité peut être perçue comme une forme d’exploitation, en particulier lorsque des personnes hétéro se servent des individu.e.s queer pour satisfaire leur curiosité sans tenir compte de leurs sentiments ou leurs besoins.

L’hétérocuriosité peut aussi être le point d’amorce d’une quête identitaire plus poussée et éclairante. Cependant, pas question de coucher avec une personne du même sexe pour ajouter une case à son CV sexuel ou en faire un challenge personnel. 

Émilie Laurent
Émilie Laurent
Dompteuse de mots, je jongle avec les figures de style et j’apprivoise l’art des punchlines féministes au quotidien. Au détour de mes articles, ma plume un brin romanesque vous réserve des surprises de haut vol. Je me complais à démêler des sujets de fond, à la manière d’une Sherlock des temps modernes. Minorité de genre, égalité des sexes, diversité corporelle… Journaliste funambule, je saute la tête la première vers des thèmes qui enflamment les débats. Boulimique du travail, mon clavier est souvent mis à rude épreuve.
Vous aimerez aussi

13 orientations sexuelles dont vous ignorez peut-être l’existence

Quand on parle d'orientations sexuelles, on pense souvent à l'hétérosexualité, l'homosexualité ou encore à la bisexualité. L'univers des...

8 artistes queer d’hier et d’aujourd’hui qui promeuvent la diversité dans l’art

À l’évocation d’artistes queer, vous avez certainement des visages familiers qui se dessinent dans vos esprits. Celui de...

Pansexualité : tout ce que vous devez savoir sur cette orientation inclusive

La pansexualité, un terme qui éveille souvent curiosité et confusion, est une orientation sexuelle qui gagne en visibilité...

Ces 8 athlètes ont façonné une nouvelle image de leur sport en faisant leur coming out

Faire son coming out est une étape particulièrement délicate. Ça l’est d’autant plus dans le sport de haut...

5 questions qu’il faut arrêter de poser à une personne trans

S’il est parfois recommandé de demander son genre, il y a des questions encore courantes qu’il faut arrêter...

7 clichés les plus courants sur les lesbiennes à démolir

Les clichés sur les lesbiennes coulent à flots, pourtant ce ne sont que des préjugés qu'il convient de...