Consentement : 7 campagnes percutantes qui font réfléchir

On ne vous apprend rien de nouveau, l’éducation est importante. Elle nous instruit et nous permet de vivre en société dans le respect des un.e.s et des autres. Pourtant, parmi la ribambelle de choses que l’on apprend à l’école, l’éducation au consentement dans les cours d’éducation sexuelle est aux abonnés absents. D’ailleurs, en France, cette notion est largement mise de côté, au profit de préventions aux risques de grossesse et de MST. Pourtant, une éducation au consentement a grandement sa place et est nécessaire dans la construction des rapports entre humains.

Alors même que cette notion de consentement est inexistante dans les programmes scolaires, des associations et entreprises s’en sont emparées, dans leur campagne de communication, pour dénoncer et sensibiliser à ce sujet. Voici 7 campagnes publicitaires auxquelles vous direz certainement, OUI ! 

1 – «  La sexualité, ça passe d’abord par le respect », par la Fédération des Centres de Planning Familial des Femmes Prévoyantes Socialistes

Cette campagne de communication, lancée en 2018 par la Fédération des Centres de Planning Familial des Femmes Prévoyantes Socialistes et déclinée en trois témoignages, déconstruit les stéréotypes liés à la culture du viol et au consentement sexuel.

Elle sensibilise également les citoyen.ne.s sur l’importance du respect dans la sexualité et la communication positive entre partenaires, à savoir une attitude bienveillante, basée sur l’écoute, l’ouverture d’esprit et le dialogue.

Et si on parlait de consentement?

"Chacun-e ses limites. Chacun-e son timing. La sexualité, ça passe d'abord par le respect". Notre association lance aujourd'hui sa nouvelle campagne de sensibilisation portant sur l'importance du consentement au sein des relations sexuelles. Découvrez la première capsule vidéo de la campagne : la communication explicite lors d'une première rencontre! Pour plus d'informations sur la campagne, c'est par ici : https://bit.ly/2PSPB7Q.

Posted by Fédération des Centres de Planning familial des FPS on Thursday, September 20, 2018

2 – « Ceci n’est pas un consentement », par l’agence TBWA pour l’association HandsAway

Porter une jupe, un jean moulant ou un décolleté, n’équivaut pas un consentement. Cette campagne lancée en 2020 pour l’association HandsAway remet les pendules à l’heure à tous ces agresseurs qui se sont donnés le droit de mettre leur main sur nos fesses, à nous siffler ou à sortir des phrases telle que « elle le mérite, elle portait une jupe ».

Cette publicité prône la liberté des femmes, sans concession et a pour objectif de rappeler qu’elles ont le droit de s’habiller comme elles le souhaitent et qu’aucune tenue ne peut justifier de tels propos ou actes.

3 – « Dédé doit demander avant de s’insérer », par l’association des Soeurs Malsaines

Qui est Dédé ? Eh bien, c’est une personne imaginée par le collectif des Soeurs Malsaines, un groupe d’artistes qui crée des espaces de scénographie, de prévention et de jeux et organise des évènements festifs.

Dédé, on l’a déjà toutes croisé. Il se frotte à nous, alors que nous ne lui avons rien demandé. Il nous fixe du regard et nous met mal à l’aise. Quand on lui dit « non », il s’énerve. Pour lui, « non », c’est comme un « oui ».  Pour sensibiliser au consentement dans les lieux festifs, le collectif a conçu il y a plusieurs mois plusieurs illustrations à la fois drôles et efficaces.

[ REVEILLON ] Tonight c'est la teuf, enfin ptet pas pour tout le monde, mais askip il faut fêter le passage à la…

Posted by Soeurs Malsaines on Friday, December 31, 2021

4 – « Pas de Consentement, Pas de Sexe », par l’association Sexe & Consentement

Si le consentement n’a pas été appris en cours, certain.e.s l’apprendrons en achetant une capote. Cette campagne réalisée en 2019 par l’organisation Sexe & Consentement découle d’une pétition baptisée « Pas de consentement, pas de sexe ! », dans le but de « rendre obligatoire la présence d’avertissements et d’informations sur la nécessité d’un consentement libre dans toute publicité, sur les emballages et dans les notices relatives aux produits et services liés à la santé sexuelle et reproductive, au plaisir et aux rencontres ».

Elle a pour objectif de prévenir et lutter contre les violences sexistes et sexuelles grâce à des messages percutants imprimés sur des emballages de préservatifs.

5 – « Si ce n’est pas clairement OUI, alors c’est clairement NON », par l’association Act Right

On ne peut être plus clair. Non, c’est Non. Cette campagne de sensibilisation, intitulée « Think twice, act right », réalisée par l’association Act Right met un terme aux violences sexistes et sexuelles et aux discriminations, en expliquant clairement que l’absence de oui ne veut certainement pas dire « oui ».

6 – « Non c’est non », par l’université de Bordeaux

La notion de consentement concerne également les couples. Ce n’est pas parce que vous avez un.e partenaire qu’il faut balayer le consentement. Si vous en avez envie, dites oui, si le contraire, dites non. Et c’est à sujet que la publicité « On est en couple. Tu m’as dit non. Puis-je insister ? NON » sensibilise.

Baptisée « Non c’est non », les affiches de la campagne réalisées en 2016 mettent en image et questionnent les situations dans lesquelles on ne sait pas toujours si on peut dire non. Comme au sein d’un couple, par exemple.

L' Espace Santé Etudiants Bordeaux vous présente sa nouvelle campagne « Pas de relations sexuelles sans consentement »…

Posted by Espace Santé Etudiants Bordeaux on Friday, June 29, 2018

7 – « Pourquoi forcerais-tu ton partenaire à boire quelque chose contre sa volonté ? », par la Police de Norfolk

Si le consentement pour certain.e.s ne rentrent pas du tout dans leur esprit, la comparaison qu’utilise la Police de Norfolk (Angleterre) dans ses affiches et vidéos de sensibilisation au consentement, pourrait les convaincre.

Ces affiches réalisées en 2019 mettent en scène le regard vide et le visage barbouillé de nourriture, d’une femme et d’un homme, à qui on a forcé de donner à manger pendant qu’iels dormaient. Un message fort pour dénoncer les violences sexuelles.

Ne l’oublions jamais : pratiquer le consentement garantit une relation sexuelle sécuritaire et plaisante.

Shem's Tlemcani
Shem's Tlemcani
Je suis passionnée par les sujets sociétaux et la santé. Mon intérêt pour les questions sociales me pousse à explorer des enjeux tels que la lutte contre la pauvreté, l'éducation et le changement climatique. En matière de santé, je m'investis dans les domaines du bien-être, de la nutrition et de la prévention des maladies. Je m'efforce de rester informée et d'utiliser ma voix pour sensibiliser et encourager le débat et l'action sur ces sujets cruciaux.
Vous aimerez aussi

Voici les règles à suivre pour choisir la bonne taille de préservatif et éviter les mésaventures

Dans l'univers du préservatif externe, il y a une règle d'or parfois négligée : la taille compte !...

Comment se protéger des distractions au travail et rester focus ? 6 astuces imparables

Entre les bruits retentissants du téléphone, les collègues qui vous interrompent à tout bout de champ pour parler...

Tenues des athlètes aux JO Paris 2024 : scandale ou exagération ?

Alors qu’il reste moins de 100 jours avant l'ouverture des JO 2024, les polémiques s’enchaînent et font le...

Faire « revivre » nos proches avec l’IA : une nouvelle perspective sur le deuil ?

L’intelligence artificielle a investi le quotidien de nombreuses personnes. Sollicitée pour écrire des dissertations sans bouger le petit...

Les délices du hasard : 5 astuces pour rencontrer l’orgasme involontaire

Des frissons inattendus au coin d'une rue ou en plein entraînement : les orgasmes impromptus se faufilent dans...

Fauteuils roulants 100 % remboursés avant fin 2024 : à quoi s’attendre réellement ?

C’était une des grandes promesses du président de la République et celle-ci sera tenue. Après de longues négociations...