Ces mannequins atteints de vitiligo nous donnent une leçon body positive

Le domaine du mannequinat, et plus globalement le monde de la mode, a toujours été très strict sur les critères de beauté. Mais les temps changent peu à peu. Exit les mannequins filiformes au teint parfait, l’heure est à la diversité. Les enseignes mettent à l’honneur des beautés singulières, telles que des modèles atteint de vitiligo. Rencontre avec 8 mannequins qui ont décidé de faire de cette maladie une force.

Les mots « inclusion » et « body positif » n’ont jamais été autant employés qu’en 2019. Pas de doute, il y a du progrès. Grands, petits, minces, ronds, handicapés, malades… peu importe ! Les marques choisissent désormais de mettre en avant la singularité des mannequins et misent sur la célébration des corps « imparfaits ». En tête d’affiche ces derniers temps : les mannequins atteints de vitiligo, nouvelles sensations des marques et podiums internationaux.

gif Winnie Harlow

Le quoi ? Le vitiligo. Une maladie à l’origine de la dépigmentation de la peau qui se manifeste par l’apparition de plaques blanches sur de multiples parcelles du corps (pieds, mains, visage…). Le corps rejette en fait la mélanine, ce pigment biologique qui détermine la couleur de l’épiderme, entraînant la formation de taches blanches. Ni douloureuse, ni dangereuse pour la santé, ni même contagieuse, le vitiligo est « gênant » pour les malades sur le plan esthétique.
Cette particularité de peau ne laisse en effet personne indifférent. Pourtant ces 8 mannequins ont su en faire un atout. Leur maladie ne les empêche pas de réussir, bien au contraire. Voyez plutôt par vous-même :

Milo Deo

Milo Deo vit en Tanzanie et est LE mannequin en vogue dans son pays. Lui qui avait du mal à s’accepter lorsque son vitiligo s’est déclaré il y a 15 ans, prend aujourd’hui une belle revanche. C’est sa « particularité », le vitiligo, qui l’a aidé à décrocher des contrats. « Il n’y a personne qui me ressemble en Tanzanie. Quand certains créateurs m’ont vu, ils m’ont choisi parce que dans ce pays je suis le seul à ressembler à ça. C’est pour ça qu’on m’a donné cette opportunité », explique le jeune homme.

En 2018, Milo a fait partie des mannequins sélectionnés par le Tanzanie Top Male Model, une organisation très importante pour le milieu de la mode en Afrique de l’est et centrale.

Winnie Harlow

« La vache », « zèbre »… Voilà les insultes qu’a dû supporter au quotidien Winnie Harlow, de son vrai nom Chantelle Brown Young, lorsqu’elle était à l’école. Moquée toute son enfance à cause de sa maladie de peau, la jeune femme est depuis devenue la mannequin atteinte de vitiligo la plus connue dans le milieu de la mode.

À tout juste 19 ans, elle participe à America’s Next Top Model diffusé aux États-Unis. Une émission qui sacre chaque année le nouveau visage de la mode. Dès lors les marques se l’arrachent. Elle devient modèle pour Desigual et Diesel en 2015 ; fait une apparition dans le clip Guts Over Fear d’Eminem et Sia mais aussi dans l’album Lemonade de Beyoncé. La consécration ? Défiler lors du Victoria’s Secret Fashion Show en 2018. Avec ses taches blanches qui ponctuent sa peau mate depuis l’âge de 4 ans, la jeune femme désire bousculer les standards de beauté sur les podiums.

« La véritable différence, ce n’est pas ma peau. C’est le fait que je ne trouve pas la beauté dans l’opinion des autres. Je suis belle parce que je le sais. Célébrez votre beauté unique dès aujourd’hui (et tous les jours) », déclare-t-elle sous sa photo.

En plus de devenir la porte-parole des personnes atteintes de vitiligo, elle a réalisé son plus grand rêve : devenir top model.

Kaiden Williams

Cet adolescent noir atteint de vitiligo, a récemment été engagé par la marque Primark. Les grandes affiches du garçon disposées dans de nombreux magasins outre-Manche ont fait sensation. De nombreux clients ont salué l’initiative de la marque, tandis que l’association Changing Faces qui soutient les personnes avec une différence visible sur le visage, les mains ou le corps s’en est félicité.

À tout juste 13 ans, Kaiden Williams avait pourtant il n’y a pas si longtemps que ça, honte de son vitiligo. Pensant -à tort- que sa maladie était contagieuse, certains camarades d’écoles refusaient de s’asseoir à côté de lui. « C’était difficile, j’avais l’habitude de cacher mes taches. Je demandais à ma mère de m’acheter des patches de la couleur de ma peau afin de les cacher… mais maintenant je ne le fais plus », a-t-il confié à la BBC.

Breanne Rice

Pendant des années, Brianna Rice a mené sa carrière de top model en cachant son vitiligo. Diagnostiquée à l’âge de 19 ans, elle passait des heures à se maquiller pour camoufler ses taches blanches sur le visage.

« Mon visage c’était tout et j’étais constamment en quête de perfection. (…) Je mettais une couche de fond de teint très épais. C’était un long processus chaque jour », confiait-elle dans une interview à People.

Après plus de 10 ans passés à camoufler son vitiligo, la jeune femme décide finalement de le révéler au grand jour via son compte Instagram :

Nile Goodlad

Celui qui a passé son adolescence à cacher cette dépigmentation, les exhibe aujourd’hui fièrement sur les plus grands podiums du monde.

View this post on Instagram

Laughter, the language of the soul .

A post shared by Nile Goodlad (@nilegoodlad) on

C’est à l’âge de 9 ans que sa maladie se déclare. Présente au début uniquement sur ses bras, ses jambes et sa poitrine, son vitiligo s’est aujourd’hui étendu sur son visage. En faisant du mannequinat, le jeune anglais de 20 ans espère montrer à quel point la diversité est importante.

« J’ai finalement appris à aimer ma peau inégale et pouvoir la montrer au monde est incroyable. Depuis que j’ai commencé à faire du mannequinat, on m’a donné beaucoup de grandes opportunités ».

Fier de sa peau, Nile a même signé avec l’agence AMCK MODELS et décroché son premier emploi de mannequin pour la marque de mode DSTRB.LDN.

Melanin Monroe

Melanin fait partie de la dernière campagne de la marque Parfait. Cette marque de lingerie a toujours eu à cœur d’habiller toutes les femmes de dentelle et de glamour, peu importe leur taille de sous-vêtements. Et cette année pour sa campagne #PerfectFigure2.0, elle a mis à l’honneur six femmes de types, de « capacités » et d’origines corporelles différentes. Parmi elles, Melanin Monroe atteinte de vitiligo, qui affiche fièrement sa maladie, tout comme elle le fait sur son compte Instagram.

Amy Deanna

S’assumer telle qu’elle est, voici le crédo d’Amy Deanna, une mannequin noire atteinte de vitiligo.

« Faire connaître le vitiligo est quelque chose de très important pour moi. Avoir une plateforme pour m’exprimer représente beaucoup pour moi. Au bout du compte, je suis comme tout le monde, j’ai juste des taches. Cela fait partie de mon identité, mais ça ne définit pas qui je suis ».

En février 2018 elle devenait même l’égérie de la marque de cosmétiques « drugstore » CoverGirl. L’enseigne américaine l’a choisie comme le visage de son fond de teint phare truBlend Foundation.

L’idée à travers ce spot publicitaire : ne pas couvrir les taches de dépigmentation d’Amy Deanna, mais au contraire les sublimer !

Anastasiya Olenich

À l’âge de 20 ans, Anastasiya a contracté le vitiligo. Au début, elle pensait qu’il ne s’agissait que d’une allergie et a tenté de rendre ces taches moins visibles en bronzant. Lorsqu’elle a réalisé qu’il s’agissait du vitiligo, cela ne l’a pas empêchée pour autant d’intégrer une école de mannequinat.

Anastasiya a même créé son propre projet photographique rassemblant des individus possédant cette « particularité épidermique ». « Le plus important est de se rappeler que le vitiligo n’est pas une maladie, mais une caractéristique », assure-t-elle.

L’industrie de la mode a désormais de nouvelles muses qui redéfinissent les canons esthétiques de la beauté. Avec leurs physiques « hors norme », ces femmes et ces hommes atteints de vitiligo bousculent les codes en vigueur dans le secteur : une belle leçon body positive !

Le message est clair : la beauté est unique, mais universelle. Osons afficher nos « différences » car en vérité, elles sont simplement une force ?

Elodie Pimbert
Elodie Pimbert
Journaliste « touche à tout », je suis Content Manager et rédactrice web pour le média The Body Optimist. Je m'intéresse à des sujets variés (écologie, sexualité, lgbtqia+, beauté, décoration, etc.) et ai à coeur de déconstruire les préjugés, stéréotypes et normes de notre société. Je scrute le web à l’affût des dernières évolutions et tendances. Ce n'est donc pas un hasard si j'écris et fais grandir depuis plusieurs années The Body Optimist.
Vous aimerez aussi

Trouver la paix avec son corps : voici comment se libérer de l’obsession de la minceur

Les médias, les publicités et même les réseaux sociaux véhiculent des normes de beauté irréalistes, mettant une pression...

Voici comment apprécier vos rides et enfin les laisser en paix

Les rides, ces marques du temps qui apparaissent sur notre visage au fil des années. Pour beaucoup, elles...

Poitrine asymétrique : conseils pour embrasser votre silhouette

La beauté réside dans la diversité, et cela s'applique également à la forme et à la taille de...

Libérez-vous de vos complexes : conseils infaillibles pour aimer votre nez et rayonner de confiance

Dans un monde où les standards de beauté semblent dictés par des images retouchées et des filtres, il...

Souriez sans complexe : les clés pour accepter et aimer vos dents

Ah, le sourire ! Une arme secrète qui peut illuminer une journée, apaiser les tensions. Sauf que ce...

Thigh gap : voici pourquoi il faut en finir avec cet idéal de beauté qui se niche entre les jambes

Le thigh gap s’ajoute à la longue liste des critères esthétiques établie par la société, derrière le ventre...